MERCYLESS - Pathetic Divinity

Chronique

Pochette de l'album Pathetic Divinity par MERCYLESS
  1. Blood of Lambs
  2. Pathetic Divinity
  3. A Representation of Darkness
  4. My Name Is Legion
  5. Exhort the Heretic
  6. Left to Rot
  7. Eucharistic Adoration
  8. Christianist
  9. How Deep Is Your Hate?
  10. Liturgiæ

Site(s) du groupe :

Site web de MERCYLESS
Par olivier no limit

Publié le 20/09/2016

Télécharger légalement

 Mulhouse, ville où j’ai habité très longtemps et où j’ai pu voir les premiers MAIDEN, MOTORHEAD et autre GANAFOUL .Mais en 1987 y naissait un combo qui fut un des précurseurs du death old school en France : MERCYLESS ! Honnêtement je n’ai pas suivi leur carrière à cette époque, j’ai découvert le death plus tard et je le regrette. Heureusement, après une pause entre 2000 et 2011 ils renaissent de leurs cendres, car une fois qu’on a mordu au Metal on y revient toujours !

 Et les voici avec ce « Pathetic divinity »qui n’as rien à envier au death de Floride ou celui du grand Nord, car bon sang …. Il fait mal. Pas étonnant que les Mulhousiens soient pour certains une légende, ou du moins un groupe culte, ils portent en eux la trace du death vieille école comme une blessure jamais refermée !!! D’abord il y a le mix : un petit quelque chose d’un son à la ENTOMBED et puis aussi cette profondeur étouffée comme enregistré dans une cave ; cela donne un vrai plus à leur son qui est d’une puissance éhontée .Et le reste. Là tu te prends une pelletée de Metal mort en pleine face avec tous les ingrédients qui font un grand album. Leurs titres sont à la fois Plombé comme un jour qui n’en finit pas de mourir, violent comme une volée de bois vert, parfois mélodique du côté sombre et malsain de la chose, comme née dans des endroits ou ne perce jamais le jour.

Des morceaux comme « My Name Is Legion »sont emmenés tambour battant par un frappeur de fut qui bourrine et emporte le tout comme un malade. On a le droit à des morceaux construits pleins de contrastes (Blood of Lambs, Eucharistic Adoration) où s’alternent avec art les ingrédients dont j’ai parlé plus haut : lourdeur écrasante, agressivité, mélodie trempées dans quelque chose de glauque. Par contre certaines compositions sont courtes comme ce « Exhort the Heretic » qui porte en lui, je trouve un peu de death n’ roll à la Suédoise. De plus les riffs ont parfois une portée hypnotique tel ce « My Name Is Legion » ou bien ce «Left to Rot » qui n’a rien à envier à un VADER. Bref, un album qui me fait dire que Max Otero malgré toutes ses années n’a rien perdu de sa passion pour le metal qui dégage tout sur son passage, entouré de musiciens qui font corps avec leur art. Ce qui m’a vraiment scotché, ici, et je je me répète c’est la puissance de feu de ce death old school sans concession, comme venu du fin fond des tripes de l’enfer. Et punaise : ce growl ! Max est possédé . Section rythmique qui booste, guitares grasses et inspirées entre solos et riffs bien amenés, tout y est bien en place. Personne ici ne fait semblant.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports