MONADS - Intellectus Iudicat Veritatem

Chronique

Pochette de l'album Intellectus Iudicat Veritatem par Monads
  1. The Stars are Screaming
  2. Broken Gates to Nowhere
  3. Within the Circle of Seraphs
  4. The Obsolete Presence
  5. Absent as in These Veins

Site(s) du groupe :

Site web de Monads
Par D

Publié le 08/02/2012

 

"The Monads of Creation", ça vous dit quelque chose?
C'est le nom d'un album de Mournful Congregation, un des groupes phares de la scène funeral doom depuis de très longues années. Et dire que Monads en tire leur nom est déjà un gage de qualité. On peut s'attendre toujours au pire avec le Funeral Doom. Bien qu'ayant l'air simple sur le papier, ce style reste très complexe pour toucher un public large. Mais Monads ne s'arrête pas à cela et propose un mélange magique avec cette cassette (et le t shirt, j'ai tout pris), démo de plus de 50minutes (oui!) de funeral doom original et surpuissant.

The Stars are Screaming.
L'efficacité tient de la simplicité ici : deux guitares, une basse, une batterie, un vocaliste de barbare. Pas de claviers ni de chant clair, ici c'est noir. Entre morceaux oldschool (Broken Gates to Nowhere) qui pourraient froisser Thergothon ou Skepticism, et d'autres morceaux beaucoup plus personnels (The Stars are Screaming), Monads réussit un pari monumental de sortir une cassette qui dépasse de très loin bon nombre de vinyls dans le style et la longueur. Les guitares sont souvent mélodiques, mélancholiques au possible pour bien vous prendre les trippes, une batterie parfaitement lente, et un chanteur possédé par la noirceur du monde. Entre growls typiques et parties "aigües", Mr Polon défonce tout sur son passage. Sans virer aux expérimentations vocales extrêmes de leurs collègues belges d'Yhdarl, les voix remplissent une part très importante de la musique, tout en restant un instrument qui accompagne malgré tout. On penserait à un mélange parfait entre quelques morceaux de Shape of Despair première époque et Evoken, période "A Caress to the Void" : c'est sombre, c'est noir, c'est mélodique, c'est prenant. Il faut aussi noter quelques passages en guitares clean, peut-être même tendances post-rock parfois, qui apportent une variation logique, tout en restant incroyablement simple et efficace. Oh et, n'oublions pas le dernier morceau qui part complètement en partie blastée aux riffs death/doom/black, réminiscents et tout aussi bons que le groupe cultissime dISEMBOWELMENT. Oui mesdames, oui messieurs.

Real headbangs are slow headbangs
Une production impeccable. Je n'ai rien à rajouter : le mixage est parfait, le son est fort, non étouffé, juste parfait pour ce style. Monads s'impose comme leader de la scène belge du doom extrême en une cassette. Enfonçant de très loin Stijn Van Cauter et ses nombreux projets, tout comme les Pantheist ou Wijlen Wij, Monads part bien plus haut. Bien bien plus haut. Et aussi bizarre que ca l'est, Monads prend cette même dimension en live, et en bien mieux. Alors, soit, vous ne pouvez plus acheter cette magnifique cassette. Débrouillez vous, le net est rempli de blogs à boutons qui échangent des uploads mega (ah, on me dit que non), ou de l'échange rapide. Hein. T'as compris.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports