MONOLITHE - Monolithe IV

Chronique

Pochette de l'album Monolithe IV par Monolithe
  1. Monolithe IV

Site(s) du groupe :

Site web de Monolithe
Par Dzo

Publié le 08/10/2013

 

Niveau productivité, on peut dire que l’entité Monolithe n’a pas chômée, puisque même pas une année s’est écoulée depuis la sortie de Monolithe III, longue traversée de divers paysages chaotiques qui avait mis tout le monde d’accord, l’album ayant été encensé par la critique. Et l’arrivée de ce quatrième monolithe n’a pas moindre importance, car c’est avec cet opus que le chapitre va clôturer l’aventure du groupe, si on en croit les dires de son frontman Sylvain Bégot lors d’une précédente interview pour Metal France (ici).

Au niveau de la tracklist, c’est vite vu car comme tous les anciens albums (excepté les Interlude qui sont des EP à part), c’est une seule et unique piste de cinquante sept minutes qui va bercer l’auditeur. Pas forcément digeste pour les néophytes, et une simple formalité pour les habitués du groupe.

La similitude de production avec son prédécesseur est telle que l’auditeur ne sera pas déstabilisé une seule seconde en passant de Monolithe III à IV. Côté artwork, c’est dans un ton de couleurs chaudes qu’évolue la pochette, magnifiquement représentée, toujours avec cet aspect spatiale et futuriste. Le combo français a une approche de la musique facilement identifiable, reconnaissable entre mille.

La musique axée principalement Doom par ses rythmiques lentes et plaintives évolue toujours dans un monde apocalyptique et déshumanisé, arpenté ponctuellement de passages plus lumineux. Le concept unique du groupe est captivant, et celui qui s’était déjà laissé porter par les rythmiques pachydermiques de Monolithe III se délectera de ces notes en parfait accord avec ce que les français ont déjà pu proposer.

Je trouve ce Monolithe IV encore plus captivant que les autres, que ce soit grâce à des passages plus symphoniques et magistraux, notamment vers la vingtième minute d’écoute ou une ascension arpentée de cœurs féminins vient agrémenter l’univers spatiale et insondable.

Le groupe prend même des risques en incluant une sorte d’interlude à la flute vers le milieu du voyage, donnant un aspect presque épique, et qui permet également de souffler un peu, car oui, la musique du groupe est complexe et éprouvante.

Il y a également le passage de fin (disons les dix dernières minutes) qui offre une sensation d’infini et ce sentiment d’oppression, sentiment qu’on retrouvait souvent sur les précédents albums. On se dirait presque que Monolithe IV pourrait aisément faire office de bande-son pour un film de science-fiction post-apocalyptique.

La boucle est bouclée. Désormais, nul ne sait ce qu’il en est pour l’avenir de Monolithe. Mais une chose est sûre, le combo aura clôturée l’aventure sans faux pas, livrant ainsi quatre albums sur une décennie qui sont tous sans exception, de grande qualité.

Chacun avec un ton personnel tout en gardant une ligne conductrice commune entre chaque partie, ce qui n’était certainement pas une mince affaire. Unique, avant-gardiste et complexe, l’expérience sonore des français ne trouvera pas de concurrence digne de ce nom avant un long moment.

Monolithe IV sortira le 18 Octobre 2013 chez Debemur Morti Productions.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports