MONOLITHE - Nebula Septem

Chronique

Pochette de l'album Nebula Septem par MONOLITHE
  1. Anechoic Aberration
  2. Burst in the Event Horizon  Ecouter
  3. Coil Shaped Volutions  Ecouter
  4. Delta Scuti
  5. Engineering the Rip
  6. Fathom the Deep
  7. Gravity Flood

Site(s) du groupe :

Site web de MONOLITHE
Par olivier no limit

Publié le 19/01/2018

 

Quand les ACTEURS DE L’OMBRE m’ont adressé un album du groupe Français MONOLITHE j’ai cru qu’il s’agissait en fait du premier cd d’un jeune groupe ; tu parles Charles ! Ce combo existe depuis 2003 et avec ce « Nebula Septem » ils signent là leur septième production. Né à Paris ils affichent dans leur line up pas moins de trois guitaristes, mais ici on n’est pas dans la gamme d’un rock sudiste à l’ancienne , on nage plutôt dans les eaux sombres d’un doom / dark metal estampillé également de l’appellation « Doom Funéraire ». Et cela nous fait pénétrer dans quel univers musical ?

 

Et bien dans un monde où règne une musique à la fois rigoureuse et assez simple à première vue. Et oui les fans de la première heure risquent de tiquer à l’énoncé de mon adjectif. Ayant lu quelques review de leurs autres albums, MONOLITHE passe pour un groupe qui aime tout sauf la facilité. On parle de complexité à l’énoncé de leur musique. Là il semble qu’ils aient adopté une démarche plus perméable, plus accessible à l’oreille de l’auditeur. Est-ce le départ de Richard Loudin qui explique cet état de fait, je ne sais pas, mais en tous les cas leur musique vous enveloppe de suite dans ses rets et là : attention ; on se rend vite compte qu’ils savent travailler leur metal pour que ce dernier soit rempli d’un tas de nuances. Leur tissu auditif est fourni et vous emmène par le biais de riffs répétitifs et angoissants (Anechoic Aberration) via des mondes un peu épiques .Le chanteur principal Sebastien Pierre qui est venu juste « donner un coup de main » posséde un growl death profond et hargneux ce qui ne fait qu’augmenter la puissance dramatique de leur album aux 7 titres de 7 minutes chacun car il s’agit de leur 7 eme album. Cette galette parle de la vie extraterrestre et il est vrai que leur univers empli d’un certain mysticisme peut vous faire voyager loin, mais de manière différente.

 

Effectivement, surtout en deuxième partie d’album, on change un peu de cap vie des surprises qui risquent de déstabiliser certains fans. Par exemple « Engineering the Rip » sonne progressif ; on trouve de l’électro sur « Delta Scuti », et sur le début de« Gravity Flood » qui lui se termine dans une joute de solos de guitare, comme pouvaient en pondre certains groupes des 70’, de ceux qu’à l’époque on disait faire du « rock planant »tel CAMEL et autres KING KRIMSON. Cela surprend tout en restant dans la gamme d’une musique plutôt rigoureuse et chargée d’une vraie aura. En résumé je ne sais pas comment ceux qui connaissent ce groupe appréhenderont cet album, mais en ce qui me concerne je le trouve intéressant et bien travaillé. Cela sort le 26 janvier.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports