MOONSPELL - Alpha Noir - Omega White

Chronique

Pochette de l'album Alpha Noir - Omega White par Moonspell
  1. Axis Mundi
  2. Lickanthrope
  3. Versus
  4. Alpha Noir
  5. En Nome Do Medo
  6. Opera Carne
  7. Love is Blasphemy
  8. Grand Stand
  9. Sine Missione
  10. White Omega
  11. White Skies
  12. Fireseason
  13. New Tears Eve
  14. Herodisiac
  15. Incantatrix
  16. Sacrificial
  17. A Greater Darknes

Site(s) du groupe :

MySpace de Moonspell Site web de Moonspell
Par S.

Publié le 02/02/2013

Télécharger légalement

✖ Moonspell 

 

Je me penche aujourd'hui sur l'une des sorties les plus attendues de l'année 2012 : le dernier Moonspell, sorti dans les bacs le 27 avril via Napalm Records.

Étant de nature assez sceptique vis-à-vis du Dark Metal, ce qui m'a d'abord frappé lors de l'annonce de la sortie d'Alpha Noir c'est bien entendu son artwork.

J'avoue que j'aurais eu tendance à hésiter un peu avant de l'acheter, alors que là pour le coup en tant que fétichiste de l'objet, il me fallait cet album.

 

L'évolution constante qui ressort de la discographie de Moonspell a finalement eu raison de mes dernières hésitations. Sans être totalement incollable en ce qui concerne Moonspell, le simple fait qu'ils aient produit un double album en dit long, d'autant qu'il s'agit du premier de leur carrière.

Est-ce un choix prometteur ? Judicieux ? Difficile à dire, il est toutefois certain qu'avec cet opus Moonspell s'engage volontairement sur une voie où personne ne l'attendait.

 

Après avoir sorti deux albums excellents entre 2006 et 2008, Moonspell n'hésite pas à se mettre en danger.

 

Quatre années ont été nécessaires à la mise en place d'Alpha Noir/Omega White.Quatre ans. Si ce laps de temps semble une éternité pour un fan qui attend, je suis plutôt confiante quant à la qualité supposée de ce nouveau projet.

Entre-aperçu avec le titre Lyckanthrope

 

 

Première écoute. Gros gros WTF.

Bien qu'étant toujours aussi unique la voix de Fernando m'a énormément surprise. Axis Mundi est une introduction de malade, pourtant grosse perte d'intensité qui m'a complètement retournée en moins d'un titre. Après avoir littéralement adoré Night Eternal, être autant déçue tenait de l'impossible. Je n'avais jamais stoppé l'écoute d'un album durant le second titre, c'est pourtant ce que j'ai fait.

 

Après une grosse période complètement mindfuck, je me suis remise à essayer de comprendre cet opus. Petite pause, je me dis que je dois forcément être passée à côté de quelque chose d'essentiel pour avoir pris une dégelée pareille. Je m'attarde donc sur mon premier coup de cœur, histoire de reprendre contact avec la bête : l'artwork. 

Je prends plaisir à parcourir l'artwork, réalisé par Seth Siro Anton, ambitieux sans nul doute. Étant personnellement très touchée par le concept de la dualité, je me sens rassurée, en un sens, sur la qualité du concept.

 

Il me faudra plusieurs écoutes, souvent interrompues, pour mesurer l'ampleur du projet. On ne retrouve plus de titre plus faible que l'on pourrait mettre de côté tant l'esprit d'ensemble est important, sans pourtant présenter de titres qui soient trop identiques qui présenteraient beaucoup moins d'intérêt. Toujours aussi sombre et pourtant pas seulement. J'ai envie de dire qu'avec Alpha Noir je replonge dans le Moonspell de ses début, à la fois sombre, chaotique et décadent, autant Omega White me fait penser, par certains côtés, à un album comme Irreligious.

 

L'idée de mettre en forme les deux facettes d'une formation me fait grimper au mur.

 

Et ce pour deux raisons : l'originalité car c'est un projet qui, à mon sens, a rarement été exploité, mais également le concept d'introspection, de recherche qui devient de plus en plus rare, malheureusement de nos jours où l'on produit en masse quitte à produire de la merde puisque l'auditeur passe d'une chose à l'autre sans s'intéresser vraiment à ce qu'il écoute.

 

D'abord clairement décontenancée, j'ai appris à aimer Alpha Noir - Omega White pour sa qualité globale, pour sa force et l'impact qu'il peut avoir sur son auditeur.

Beaucoup de changements s'opèrent à la fois au travers des compositions et des textes qui s'avèrent être très très travaillés. En avançant à tâtons durant ces quatre ans, Moonspell a su peaufiner -et en beauté- son processus de création avec un concept-album magistral bien que difficile d'accès. Monnspell frappe fort et paradoxalement tout en finesse, s’immisçant au plus profond de son auditeur. 

 

En beaucoup moins classe : le ver est dans la pomme.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports