MORBID ANGEL - Kingdoms Disdained

Chronique

Pochette de l'album  Kingdoms Disdained par MORBID ANGEL
  1. Piles of Little Arms
  2. D.E.A.D.
  3. Garden of Disdain
  4. The Righteous Voice
  5. Architect and Iconoclast
  6. Paradigms Warped
  7. The Pillars Crumbling
  8. For No Master
  9. Declaring New Law (Secret Hell)
  10. From the Hand of Kings
  11. The Fall of Idols

Site(s) du groupe :

Site web de MORBID ANGEL
Par olivier no limit

Publié le 15/12/2017

Télécharger légalement

Pour bon nombre d’entre nous, 2017 aura été l’année death, aussi ce n’est pas sans une certaine appréhension que j’ai abordé ce « kingdoms Disdained » du groupe culte MORBID ANGEL vu la mauvaise impression qu’avait laissé « Illud divinum » paru en 2011 avec ses prétentions technoïdes /industrielles. En plus il y a le départ de David Vincent, le retour de Steve Tucker et je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

 

Que nous on donc craché au visage le duo Azagthoth/Tucker avec Erik Rutan à la production, nanti d’un nouveau batteur en la personne de Scott Fuller et d’un autre guitariste Dan Vadim ? Réponse : une grosse claque dans les dents, un retour aux racines du groupe via un death porteur à la fois de groove, mais aussi d’une atmosphère menaçante, angoissante. Un son accordé bas, avec des guitares légèrement en retrait, comme une bête tapie dans l’ombre prête à bondir. Un death pouvant être brutal à grand coup de blast beat qui cognent dur’ ''Garden of Disdain'', ''For No Master’’), mais allant aussi se nicher dans des atmosphères lourdes et étouffantes (''Architect and Iconoclast''). Ils ont aussi le secret de ces passages musicaux qui s’emboitent les uns aux autres et qui vous surprennent tout en possédant une articulation cohérente, tel ce «''The Pillars Crumbling'' sans cesse en mutations et mouvements .

 

Entre un cogneur de fut à la frappe drue mais précise, un pousseur de gosier qui balance un growl assassin, une kyrielle de riffs pur jus et des solos à la patte particulière pas le temps de s’ennuyer, même si des titres comme « Declaring New Law » ne m’ont pas vraiment accroché . Après certains diront que l’on n’atteint plus la période des débuts voire de celle du début du millénaire. C’est clair cependant à l’écoute de cet album, je me suis retrouvé face à un death qui ne triche pas, car estampillé d’un sceau unique celui de MORBID ANGEL. Un retour en fanfare via un metal mort…qui n’est pas prêt de mourir. Alors c’était mieux avant ? Perso, c’est ici et maintenant qui compte et cet album ravive leur flamme.

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports