NACHTMYSTIUM - Addicts: Black meddle Pt II

Chronique

Pochette de l'album Addicts: Black meddle Pt II par Nachtmystium
  1. / intro
  2. / high On Hate
  3. / Nightfall
  4. / No Funeral
  5. / Then Fires
  6. / Addicts
  7. / The end is Eternal
  8. / Blood Trance fusion
  9. / Ruined Life Continuum
  10. / Every last Drop

Site(s) du groupe :

MySpace de Nachtmystium
Style : voir chronique
Par frigid

Publié le 06/11/2010

 

Black métal follement psychédélique.

Nachtmystium, le groupe américain actif depuis près de 10 ans nous reviens pour « Addicts: Black Meddle Pt II »: Un album rare qui laisse des traces et ne se laisse pas docilement oublier.
En fait j’ai certains passages en tête depuis plusieurs jours, et pire encore je cherche discrètement des moments de tranquillité pour me le repasser encore un petit coup; pour la route.

Il est difficile de dire de but en blanc pourquoi leur album est si bon, car à vu d’oreille beaucoup d’éléments sont similaires à d’innombrables groupes de black métal -des riffs épiques, une voix grasse au possible, et autres solo de guitares glaçant- mais avec Nachtmystium, il y a toujours un petit chose en plus qui permet de basculer dans le très très bon…Les passages lents et presque folks font immédiatement voyager et sont crédibles, les nappes de synthés chargées d’effets n’écrasent jamais l’aspect acoustique des instruments, et les solos de gratte, plus blues que heavy, finissent de me convaincre.

Dans l’ensemble, les morceaux oscillent entre du pur son Black métal d’obédience scandinavo-américaine et du rock psychédélique dépressif des années 70: c’est à la fois glacial et puissant.

On a de vraies lignes de chant qui semblent guider la musique, et qui baignent parfois dans des chorus doucereux . Le Morceau « Nightfall » sors du lot de part la voix du chanteur et car étrangement, tous les éléments d’une chanson pop-rock sont en place. La rythmique sautille, la batterie est associée à un tabourin des seventies qui fait serrer les fesses de joie.
Ils parviennent à donner naissance à un album qui dans son ensemble fout mal à l’aise et mélancolique, tout en s’autorisant de vrais délires autour de sonorités assurément psychédéliques , de chœurs langoureux et des solos de blues. A coté de cela, il y a toujours un petit quelque chose qui gronde, qui rumine du noir et qui nous laisse redouter que de bien mauvaises choses approchent.

La clé c’est cette voix qui impose en toute discrétion une floppée de mélodies géniales, et qui se détache mystérieusement de la musique. Notamment sur « THEN FIRES » morceau superbement haineux, où toujours, malgré un premier plan très instrumental, s’insinue en background un vent nauséabond de synthétiseurs, qui finissent de charger l’espace sonore et nous achèvent le moral.

Des choix intéressants sont fait et donnent à l’album une touche ultra originale. C’est une parfaite combinaison de sons et d’idées dont l’unité génère un résultat, qui contre toute attente, a quelque chose de magique. Leur son est tout bonnement addictif, et les surprises qu‘ils nous procurent plus efficaces qu‘un sniff de colle Cléopâtre.
Un album à la fois faste et simplement efficace, à n’écouter qu’en boucle pour espérer pouvoir s’en saisir, car il y a bien quelque chose de nauséeux dans l’air, et de malsainement festif en arrière plan.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports