NAPALM DEATH - Apex Predator - Easy Meat

Chronique

Pochette de l'album Apex Predator - Easy Meat par NAPALM DEATH
  1. Apex Predator - Easy Meat
  2. Smash a Single Digit
  3. Metaphorically Screw You
  4. How the Years Condemn
  5. Stubborn Stains
  6. Timeless Flogging
  7. Dear Slum Landlord…
  8. Cesspits
  9. Bloodless Coup
  10. Beyond the Pale
  11. Stunt Your Growth
  12. Hierarchies
  13. One-Eyed
  14. Adversarial / Copulating Snakes

Site(s) du groupe :

Site web de NAPALM DEATH
Style : voir chronique
Par olivier no limit

Publié le 27/01/2015

Télécharger légalement

Il y a des tas de jeunes qui feraient bien de prendre exemple sur eux : bien que d’un âge respectable, ces vieux restent des tueurs. De qui je veux parler ? De NAPALM DEATH bien sûr et de son nouveau méfait : « Apex Predator - Easy Meat ».

Ils ont la rage au ventre, tout en se payant le luxe, d’album en album, de ne pas reproduire la même chose.

Ces types sont possédés et plutôt géniaux dans leur style. Et là, je trouve qu’ils ont pondu un grand album !

Après une intro étrange et grinçante, drainant un vrai malaise on a le droit à un mélange de grind/death /thrash groove avec cette griffe qui leur est particuliere et qui t’enfonce dans le mur et t’écrase les tympans. L’art au service de la brutalité accouplé à une certaine finesse d’exécution, pendant que la voix monstrueuse du chanteur augmente le degré d’une violence portée au rouge.

Un son particulier pour cet opus, car assez rude, des rythmes ultra rapides qui parfois me font penser à des tempos punk, mais version « fin du monde" comme sur «Bloodless Coup ». Et puis surtout des titres vraiment accrocheurs et bons, qui font de ce cd un must, car ils nous ont pondu de vrais pépites au service d’un fait divers meurtrier.

Effectivement ils se sont inspirés de l’accident du 24 avril 2013, où un bâtiment s’est effondré à Dacca (Bengladesh), bâtiment qui abritait des ateliers de confection pour de grandes marques. Il y eu plus de mille morts. Et là leur musique va comme un gant (de douleur) à cette restitution car on ressent, au travers de ce flot bouillonnant de décibels versés, la souffrance engendré par cet accident.

À partir de « Timeless Flogging », je pars, personnellement, en mode "roue libre » via un plaisir orgasmique comme seul de grands groupes peuvent en driver.

Effectivement leur musique est habitée, et ça, quand on joue de ce genre de metal, ce n’est pas donné à tout le monde.

Du grand art !

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports