NIGHTWISH - Imaginaerum

Chronique

Pochette de l'album Imaginaerum par Nightwish
  1. Taikatalvi
  2. Storytime
  3. Ghost River
  4. Slow, Love, Slow
  5. I Want my Tears Back
  6. Scaretale
  7. Arabesque
  8. Turn Loose the Mermaids
  9. Rest Calm
  10. The Crow, The Owl and The Dove
  11. Last Ride of the Day
  12. Song of Myself
  13. Imaginaerum

Site(s) du groupe :

Site web de Nightwish
Par biguiz

Publié le 16/12/2011

Télécharger légalement

Après de longs mois de travail et 2 ans d'attente après les premières rumeurs, Nightwish nous dévoile sa dernière création « Imaginaerum », véritable concept album contant l'histoire d'un vieillard,qui dans son sommeil s'imagine petit garçon, dans un parc d'attraction féerique.

Alors que les 2-3 derniers albums du groupe ont cartonné au niveau des ventes, propulsant véritablement Nightwish comme LE groupe rock des années 2000 en compagnie notamment de groupes comme Rammstein.

Ce succès avait été permis grâce à l'ajout de nombreuses parties symphoniques au fil des années, des arrangements impressionnants et de véritables tubes. En gros des compositions plus grand public sans pour autant tomber dans la facilité.

Et alors que le départ de la tant appréciée chanteuse Tarja Turunen avait laissé craindre le pire sur le devenir du groupe, force est de constater que cette dernière avait une place énorme dans Nightwish mais n'a pas empêché son évolution.

Je m'attendais personnellement à un album proche de « Dark Passion Play », avec des titres de suite accrocheurs, heavy et symphoniques. Et il n'est rien de dire que la première écoute est très « déroutante ». J'ai eu du mal à reconnaître la patte « Nightwish ». Mais il faut en fait entre 5 et 10 écoutes pour apprécier pleinement ce nouveau virage musical pris par le groupe. Et on n'est pas déçu !

L'intro se démarque d'entrée puisque Nightwish n'a tout simplement jamais fait de morceaux introductifs sur les 6 albums précédents. Elle fait particulièrement penser à celle du « Days of Grays » de Sonata Arctica avec sa douce mélodie au piano.

Le hit de l'album « Storytime » fait mouche d'entrée avec ses mélodies entêtantes et ses rythmiques à la Rammstein. Un titre presque parfait pour toucher l'auditeur. Un bémol cependant avec le certes excellent break symphonique au milieu du morceau, mais qui n'est pas du tout en harmonie avec le reste de la chanson, un peu poussif.

Les premiers morceaux sont véritablement taillés sur mesure pour Anette Olzon avec des mélodies très pop. On sent la suédoise vraiment à l'aise et ça fait plaisir, elle qui avait été tant critiquée et idiotement comparée à Tarja qui évolue dans un autre registre vocal. La voilà parfaitement intégrée au nouveau style Nightwish, puisqu'il est désormais certain qu'il y a 2 époques Nightwish, cellle avec Tarja Turunen et donc celle avec Anette.

Marco Hietala est très présent vocalement mais sa prestation ne m'a pas plus marqué que cela. Tandis qu'il était beaucoup plus heavy sur « Century Child », « Once » et « Dark Passion Play », il est ici plus nuancé mais aussi plus varié dans ses interventions.

Une autre nouveauté chez les finlandais est la présence de nombreuses chansons calmes de transition, avec notamment le très jazzy « Slow, Love, Slow » ou « Arabesque » et ses sonorités arabos-hispaniques entraînantes. Le son global est très punchy au niveau du riff, très direct. On retrouve ensuite les ingrédients habituels comme les chœurs ou arragements orchestraux.

« I want my tears back » fait plus que penser à « The Islander » avec son intro au biniou. Frayeur d'auto-plagiat au début, il n'y a heureusement que cette similitude. Le refrain vous rentre de la tête et n'en sort plus.

« Scaretale » est le monument symphonique de l'album, petit bijou poli de main de maître par Tuomas Holopainen. S'en suit la géniale balade « The Crow, the Owl and the Dove ». Beaucoup me sortiront que c'est une chanson « commerciale ». Certes... La mélodie est géniale, alors si vous voulez c'est commercial, pour moi c'est juste bien composé à un moment de l'album où l'auditeur a besoin de souffler avant d’enchaîner sur le sprint final.

« Imaginaerum » se conclut par « Song of Myself », longue pièce avec un final narré, avant d’enchaîner toutes les chansons orchestralement sur le titre éponyme, tel un générique de film.
Cette conclusion n'est pas anodine puisque Nightwish a vu les choses en grand en tournant un film basé sur cette histoire, « Imaginaerum » étant ainsi la bande originale. J'attends avec impatience de voir ce que cela peut donner. Réponse dans quelques temps.

Les finlandais frappent donc à nouveau un grand coup avec ce 7e album studio à contre courant qui en surprendra plus d'un. Nightwish ne fait plus que du métal, cela serait trop restrictif. C'est un groupe de rock à part entière qui utilise diverses influences à la perfection. Et même si ce n'est pas la meilleure création du groupe, force est d'admettre que Tuomas Holopainen a un vrai talent de compositeur ce qui donne à Nightwish son côté inimitable. What else ?

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports