ORDO DRACONIS - Camera Obscura Part.1 & Part.2

Chronique

Pochette de l'album Camera Obscura Part.1 & Part.2 par Ordo Draconis
  1. Camera Obscura pt. 1 [The Star Chamber Review]
  2. [Espionage]
  3. Mock Trial
  4. [Vesper X]
  5. Writhing Tongue 5.[Angeldust]
  6. Neuron Gutter, Neutron Star sample
  7. [Debris]
  8. Camera Obscura pt. 2 [A View with a Room]
  9. [Project...]
  10. Cloak & Dagger
  11. Sirius Fever
  12. The Dancefloor Clinic sample
  13. The Don of Venice
  14. [Eject!]

Site(s) du groupe :

Site web de Ordo Draconis
Style : voir chronique
Par LudO

Publié le 18/11/2005

 

Que peut bien donner la réunion de 6 musiciens hollandais dont la richesse culturelle dépasse l'entendement? A quel résultat s'attendre lorsqu'en cette fin d'année 2005 ces 6 fous sortent coup sur coup 2 albums formant un concept plus qu'atypique? Cela donne "Camera Obscura Part.1" et "Camera Obscura Part.2", albums siamois enfantés par Ordo Draconis.

Il y des jours ou l'on reçoit des démos écoeurantes de maladresse et de futilité, d'autres ou l'on reçoit des albums satisfaisants mais que l'on oubli vite et d'autres encore ou l'on reçoit des perles que l'on ne soupçonnait même pas d'exister! Ces deux albums du combo hollandais en font partie.
"Post Black Metal" qu'ils appellent ça! Et bien pour une fois j'adhère complètement à "l'étiquetage" et à l'auto proclamation car la musique de Ordo Draconis n'est plus du Black Metal, elle s'en va au-delà du genre en question! Fans de Arcturus ("Aspera Hiems Symphonia" et "La Mascarade Infernale") vous serez plus que comblés. Imaginez une oeuvre conceptuelle (car c'est une pièce de théâtre qui est ici adaptée) qui mélangerait l'agressivité et les ambiances sombres d'un Sympho Black torturé (une voix entre celle d’un Shagrath et d’un Nocturno Culto absolument sublime) avec, accrochez-vous mes amis: des parties Heavy à la Malmsteen justement dosées, du piano Jazzy qui swing là ou il faut, des sonorités franchement Electro, du chant clair masculin à faire rougir de honte le bassiste de Dimmu Borgir, des cordes (violons) qui ne sont pas sans vous évoquer le meilleur de Vivaldi, des envolées épiques "wagnériennes", une voix de damoiselle (sur un seul titre toutefois) qui pourrait largement remplacer Tarja derrière le micro de Nightwish, des chants monastiques soutenus par une rythmique guitare + batterie, des sons plutôt étranges (boite à musique, moteur de vieux projecteurs cinématographiques)... tout cela sans que la musique du combo ne fasse "magma informe et inaudible", bien au contraire! Une excellente production dessert une musique sans failles et parfaitement maîtrisée comme si ces 6 créateurs savaient contrôler les effets du LSD en les utilisant comme des outils qui peaufineraient leur oeuvre.

Et bien un jour j'ai reçu ces deux perles dans ma boite aux lettres et soyez certains que je vais mettre du temps avant de m'en remettre. Méfiez-vous, cela pourrait aussi vous arriver!

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports