ORIGIN'HELL - Thirst For Blasphemy

Chronique

Pochette de l'album Thirst For Blasphemy par Origin'hell
  1. Intro
  2. Barbarian Solution
  3. Misanthropia
  4. Fanatic Murderous Madness
  5. Thirst For Blasphemy
  6. The Necrosurgeon's Butchery
  7. Warriors Of The Horned One
  8. A Goathwore In The Convent
  9. Overfull
  10. We Fuck Nuns

Site(s) du groupe :

MySpace de Origin'hell
Par Mindkiller

Publié le 26/09/2011

 

Origin’Hell.Voici un groupe à ajouter aux groupes thrash et death qui pullulent en France. Originaires de Vitré, nos quatre thrasheux, inscrits dans la lignée de Possessed et de Slayer, nous livrent leur 3e méfait avec ce Thirst For Blasphemy. Un troisième album qui s’est longuement fait attendre puisque le groupe nous a fait patienter 5 ans avant de le sortir.

Ainsi donc, nous sommes en présence d’un album à la croisée de deux genres musicaux. Le thrash et le death. Un album à la production soignée et aux titres aussi délicieux les uns que les autres. Ici pas de place pour la fraiche et tendre poésie des rockers façon "Rock & Folk". La culture "bobo" n’est pas pour eux. Ils s’inscrivent dans un contexte qui risque même de faire grincer des dents leurs voisins des Pays de la Loire par le titre clôturant l’album sobrement et délicatement intitulé We Fuck Nuns. Mais ne brulons pas les étapes. Tout d’abord, le regain d’intérêt pour les styles moins modernes de ces dernières années n’a pas échappé à nos quatre bretons. Dès les premiers morceaux, on se retrouve noyé entre un mélange à la Possessed, Slayer ou les plus violents Napalm Death et Bolt Thrower. Autant dire que le groupe ne fait pas dans la dentelle. Et être associé à ces illustres groupes qui ont contribué à la définition, si ce n’est l’éclosion, d’un genre est plus que flatteur. Les rythmiques et le chant death sont souvent contre balancé par des phrasés plus thrashy. Ainsi on passera, et sans que cela soit détonnant, d’un style thrash avec Barbarian Solution à un style plus death avec Misanthropia. Titre qui aurait pu être revendiqué à la fois par Slayer et par Bolt Thrower. Le groupe vise donc haut.

Et tout le long de l’album les bretons vont continuer de nous enchanter avec leurs vomissements sonores. La voix tantôt en growl tantôt plus légère, mais toujours criée, se marie très bien aux instrumentaux qui peuvent être plus épique comme sur le Fanatic Murderous Madness. Un morceau frénétique, lourd et sautillant à la fois. Les refrains donnant dans du metal lourd classique alors que les couplets sont plus originaux dans la composition. La particularité de ce groupe réside aussi dans le panel de voix utilisé. Les trois cordistes étant aussi chanteurs au sein du groupe. Ce qui va donc donner un mélange allant d’une voix growl très basse, à une voix hurlée en passant par un chant plus ancré dans les mediums. Cet aspect, qui est original sans pour autant inventer la poudre, donne plus de corps et de vie aux morceaux dont la qualité musicale est impressionnante. La virtuosité est aussi de mise. Le groupe allant jusqu’à jouer des plans plus alambiqués, presque asymétriques, donnant un côté plus percutant et chaotique au morceau Thirst For Blasphemy. Un morceau qui, par ce procédé de composition devient encore plus ravageur qu’il ne l’aurait été par des plans plus communs. La voix d’ailleurs, comme sur tout l’album, n’est qu’un accessoire servant à donner une couleur aux compos qui vise majoritairement l’instrumental. Des instrumentaux peaufinés, travaillés ou la moindre note, des riffs aux solos, est étudiée pour donner le plus de vie possible à un album travaillé en tout point.

En résumé, un cogneur poids lourd comme batteur, des cordistes maitrisant très bien leur sujet, que ce soit au niveau de leurs instruments comme de leur voix associés à un gout profond pour les premières armes du thrash deathisant donne à Origin’Hell une saveur musicale très prononcée. Les amateurs de death du début des années 90 et du thrash de cette même période vont être ravis par cet album qui ne lorgne cependant pas vers des productions passéiste. Sans être un foudre de guerre de la production, l’album est rond, les instruments ont chacun leur place sans être noyés par les autres. La basse étant peut être un poil trop en retrait. Alors certes, quelques plans pourront rappeler tel ou tel groupe de death ou de thrash, mais la qualité musicale de nos bretons fera vite oublier ces passages n’étant en aucun cas des plagiats.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports