PHILIP SAYCE - Steamroller

Chronique

Pochette de l'album Steamroller par Philip Sayce
  1. Steamroller
  2. Stung By A Woman
  3. Marigold
  4. Black Train
  5. Rythm & Truth
  6. The Bull
  7. Holding On
  8. Beautiful
  9. A Mystic
  10. Aberstwyth

Site(s) du groupe :

MySpace de Philip Sayce Site web de Philip Sayce
Par Mindkiller

Publié le 26/01/2012

 

Il est de ces albums dont on se demande bien ce que cela va donner quand on l’insèrera dans la platine. Steamroller de Philip Sayce est de ceux là. Et je dois avouer que quand j’ai été fouillé un peu sur qui était cet inconnu, l’envie d’écouter l’album n’étant pas la première. Délit de faciès ? Oui, je m’attendais à un chevelu ou un chauve et je tombe sur la photo du Philip Sayce en question. Look tout droit issu de la fin des années 80 début des années 90. Rien de plus sur cette personne, du moins en français. Mais en passant sur Wikipedia, je m’aperçois que le gus a fait la première partie des ZZ Top en Europe et est un peu un musicien de la route, préférant les jam et les gigs dans les petits clubs.

En écoutant l’album, une grosse claque arrive dès le premier titre. En fait, ce guitariste canadien est foutrement bon. Il nous délivre un hard rock bluesy façon Tesla avec des touches d’ambiances à la Mr Big, mais pas que. La voix est aussi très bonne. Ainsi, sans se poser de question on se retrouve à,dans le pire des cas, taper du pied sur Steamroller et Stung By A Woman. Des titres énergiques qui font mouches dès les premières notes. Des morceaux donc très bien choisi pour ouvrir un album d’un illustre inconnu et dont la pochette est d’un goût douteux. Et là une question se pose à moi. Pourquoi diable ce guitariste au talent certain n’est pas parvenu à mes oreilles plus tôt. Car après quelques autres recherches, on se rend compte que ce Steamroller n’est ni plus ni moins que son quatrième album depuis 2009, soit un à sortir par an !

En écoutant les autres titres on se rend compte que le guitariste a énormément appris de ses jams sessions. On pourrait même aisément penser qu’il aurait pu jouer avec le grand Lenny Kravitz des débuts tant certains titres semblent issus de jams sessions période Are You Gonna Go My Way. Alors,certes, c’est album est plus (hard) rock que réellement metal, mais le gros son et la touche hard FM 90’s fait du bien à entendre. Même si les analogies avec un chevelu noir ex de Vanessa Paradis se font sentir à plus d’un titre. La voix en particulier. Car passé cette façon de chanter de Jeff Keith au début de l'album, le timbre est bien plus emprunté à Kravitz. Mais la voix dans cet album n’est qu’un habillage. Ce qui compte le plus dans ce genre d’album c’est la façon dont la guitare s’exprime. Et c’est avec un bien beau panel qu’elle le fait. Tantôt hendrixienne (le très bon Rythm &Truth taillé pour le live), tantôt bluesy à la ZZ Top (The Bull) ou d’autres fois plus pop (Marigold) la part belle est faite à la 6-cordes. Slide guitar, riffing, hard rock tout y passe dans cette catégorie à l’écoute de ces 10 titres.

Alors certes, cet album est un album de plus noyé dans la masse, mais cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un guitariste renouer avec les racines blues / hard rock avec autant de brio. Et pour tout amateur de ce style, c’est album est à écouter au moins une fois. Et nul doute que lors de soirées barbecue, ou même un peu plus calme ou lors de voyages en voiture cette galette finira par vous suivre. Un album léger mais interprété avec un brio qui fait bien plaisir à entendre.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports