PLEBEIAN GRANDSTAND - How Hate is Hard To Define

Chronique

Pochette de l'album How Hate is Hard To Define par Plebeian Grandstand
  1. KATA TON ΔAIMONA EAYTOY
  2. ORDO AB CHAO'
  3. NICE DAYS ARE WEAK
  4. MEIN KOPF IST MEINE HEIMAT
  5. EASY TO HATE / HARD TO DEFINE
  6. PIE IN THE SKY
  7. DON'T EXPECT MUCH FROM THE WORLD'S END
  8. ARE YOU ANGRY [...]
  9. [...] OR BORING?

Site(s) du groupe :

MySpace de Plebeian Grandstand Site web de Plebeian Grandstand
Par .:Niklas:.

Publié le 19/03/2010

 

.:Hardcore:.

Le voilà ! Le premier long format des toulousains de Pleibeian Grandstand ! Le moins que l’on puisse dire c’est que l’attente ne fût pas sempiternelle ! En effet, un an après leur EP « The Vulture’s Riot » qui fût un véritable coup de foudre, le combo remet déjà le couvert ! Qu’en est-il ?

Tout d’abord une excellent nouvelle : le groupe n’a pas vraiment viré sa cuti, et n’a rien perdu de son talent à défourailler méchamment. Au menu nous auront droit à un Hardcore chaotique toujours situé entre les maîtres du genre Converge et Botch.
Pied au plancher tout au long des neuf titres de l’album c’est un véritable festival Mathcore que nous offre le groupe. La principale évolution par rapport à l’EP,c’ est l’extrême noirceur des ambiances. Précédemment, le combo se permettait des mélanges de genres sur fond de Hardcore qui laissaient entrevoir un peu d’espoir dans la violence ; ici ils ont plutôt misé sur un côté franchement malsain.. Et ça fonctionne ! De mémoire de grand amateur de Hardcore chaotique je n’avais encore jamais entendu cela dans l’hexagone ! Un tel déferlement de hargne, et de rage qui les propulse directement dans la catégorie poids lourd !
On peut également souligner quelques clins d’œil au screamo des 90’s style Orchid (notemment sur « Ordo Ab Chao ») qui étoffe encore un peu plus le jeu du groupe.
Une mention spéciale pour le vocaliste qui livre une prestation hallucinante. Difficile de ne pas penser au Jacob Bannon de « Jane Doe », on croirait presque l’entendre par moment !
Un petit mot sur la production phénoménale, qui met sensiblement en avant la grande technicité des musiciens. Et encore une fois la prosternation s’impose.

Plebeian Grandstand confirme donc tous les espoirs que l’on pouvait tenir à leur égard suite à l’EP « The Vulture’s Riot ». Mieux encore, ils signent là, la première énorme claque de l’année. Sans concession, franc est passionné « How Hate Is Hard To Define » est un premier album de grande classe qui promet un bel avenir aux toulousains. Qui a dit que la foudre ne tombait jamais au même endroit ?

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports