POISONBLACK - Lust Stained Despair

Chronique

Pochette de l'album Lust Stained Despair par Poisonblack
  1. Nothing Else Remains
  2. Hollow Be My Name
  3. The Darkest Lie
  4. Rush
  5. Nail
  6. Raivotar
  7. Soul In Flames
  8. Pain Becomes Me
  9. Never Enough
  10. Love Controlled Despair
  11. The Living Dead
Style : voir chronique
Par Withinsylvia

Publié le 02/09/2006

 

Heavy Goth'n Roll. C'est avec une grande déception que nous apprenions il y a environ un an le split de Sentenced. Que tout le monde se rassure, Poisonblack prend la relève du phénomène et nous livre aujourd'hui son deuxième album "Lust Stained Despair".
Au chant on retrouve le charismatique Ville Laihiala qui reprend le flambeau après JP Leppäluoto (Officiant actuellement au sein de Charon) au micro sur leur premier album "escapexstacy " sorti en 2003.
Après bien des déboires avec Sentenced, Ville décide de quitter ses comparses pour fonder "son" groupe où se celui-ci peut librement s'exprimer et explorer de nouveaux horizons. Bon, ça c'est ce qu'il prétend car ce "Lust Stained Despair" reprend la bonne vieille recette qui a fait le succès de Sentenced, c'est à dire des mélodies heavy et chagrineuses sur un fond de romantisme gothique.

Bien évidemment le procédé fait toujours un triomphe mais cela nous fait regretter le manque de prise de risque de la part de Ville, qui a pourtant plus d'un tour dans son sac pour nous proposer autre chose que du copier-coller sur Sentenced.
Qu'importe, ce "Lust Stained Despair" est tout de même un petit joyau où l'on peut s'extasier sur la voix à la fois claire et rauque de Ville (on peut également s'exalter sur son joli minoi et sa grandiloquente taille -ndrl près de 2m-) qui, il faut le dire, contribue en grande partie au succès du groupe. Aussi les mélodies harmonieuses et les romanesques parties de clavier sont omniprésentes, comme pour nous rappeler que Poisonblack vient de Finlande, un pays glacial, où ses montagnes, ses grands lacs et ses immenses étendues neigeuses n'inspirent guère la joie de vivre. Le réelle surprise de cet album est la présence de riffs heavy voir rock n' roll qui dynamisent véritablement les compos et apporte un peu de gaieté à l'atmosphère générale. Moins noir et sinistre que son prédécesseur, "Lust Stained Despair" respire la quête d'un bonheur toujours troublé par la mélancolie et la souffrance.
De part le tumultueux passé de Ville, on comprend mieux la lueur d'espoir que celui-ci veut nous transmettre dans cet album. Une allégresse naissante, qui espèront le, sera toujours d'actualité pour le prochain album.

Indubitablement le chainon manquant entre In Flames et Paradise Lost.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports