PROTEST THE HERO - Volition

Chronique

Pochette de l'album Volition par Protest The Hero
  1. Clarity
  2. Drumhead Trial
  3. Tilting Against Windmills
  4. Without Prejudice
  5. Yellow Teeth
  6. Plato’s Tripartite
  7. A Life Embossed
  8. Mist
  9. Underbite
  10. Animal Bones
  11. Skies

Site(s) du groupe :

MySpace de Protest The Hero Site web de Protest The Hero
Par Eki

Publié le 30/03/2014

Télécharger légalement

Protest the Hero, c’est avant tout un concept. Prendre le pari de mélanger une multitude d’influences musicales, du trash au heavy en passant par l’émocore et bien entendu la musique classique (quand on sort du conservatoire c’est un peu normal) et de proposer un metalcore « moderne » blindé de riffs et de changements de plans, le tout en 4 minutes de moyenne par piste, sinon c’est trop simple. Et le plus étonnant dans tout cela, c’est que ça prend à chaque fois.

 

Repérés avec leur premier album, ‘Kezia’, suite à 2 EP, ‘A Search For The Truth’ et ‘A Calculated Use Of Sound’ qui leur valurent le Canadian Independent Music Award, ils furent directement comparés à de grands noms comme Between The Buried And Meet réussirent à confirmer l’essai avec la sortie de ‘Fortress‘ en 2008. Ce dernier reste une référence pour de nombreux fans, tant le talent des musiciens à effleurer l’aspect le plus barré du Mathcore avec des breaks dans tous les sens, couplés à des guitares acérées qui balancent des mélodies à tout va avec une fluidité de virtuose, un chant crié qui reste juste et mélodique avait signé une bonne fois pour toutes ses lettres de noblesse du groupe.

 

En 2011 déboulait donc logiquement ‘Scurrilous’, suite logique des précédents opus et qui, hormis de rares passages peut-être légèrement moins inspirés, proposait la recette propre à PTH, avec une production un cran au-dessus et cette densité musicale jamais lassante qu’on leur connaît.

 

C’est donc en 2013 qu’est sorti 'Volition', l’album qui nous intéresse aujourd’hui, 4ème production de Rody Walker qui officie toujours au chant, de Tim Millar et Luke Hoskin qui continuent leur batailles de riffs punchy et de mélodies, swipping et autres joyeusetés, et d’Arif Mirabdolbaghi à la basse qui en a une sacrée paire pour réussir à se démarquer et proposer un jeu original dans ce déluge de notes perpétuel. Petit changement néanmoins : Moe Carlson ayant quitté la formation, c’est Chris Adler (‘Lamb of God’) qui rejoint le quintet histoire de rythmer tout ça.

 

Album qui a reçu un grand succès suite à leur campagne de financement participatif, dont on sait qu’il a été composé plus rapidement que les précédents opus et qui voit un changement de batteur arriver dans la foulée, on pouvait craindre du résultat final. D’autant plus que la section rythmique est extrêmement importante dans le style dans lequel ils officient, tant les accélérations, les changements de plans et de tempos sont foison dans les quelques minutes qu’ils s’accordent chaque fois pour saturer les tympans de l’auditeur. Ce sera donc la première surprise de cette nouvelle production : Chris Adler a totalement adapté son jeu à la formation canadienne et nous épate sur bien des passages, aidant à faire évoluer la musique du combo vers quelque chose du plus boosté, moins syncopé mais plus énergique.

 

L’album rentre comme d’habitude dans le vif du sujet dès la première seconde, avec ‘Clarity’, premier des 11 morceaux de la galette qui est dans la droite lignée de ce que proposait ‘Scurrilous’ : rythmes soutenus, multiples breaks et accélérations, réapparition du chant féminin de Jadea Kelly et solis d’une rapidité et d’une fluidité exemplaires. On est donc en terrain connu, même si certains morceaux sont relativement irréguliers : ‘Tilting Against Windmills’ avec sa première moitié somme toute assez moyenne et son autre moitié complètement épique, qui nous montre queRody n’a rien perdu de son talent pour les refrains entraînants, ou ‘Mist’ qui commence de façon somme toute assez classique pour nous offrir un final magnifique avec une sortie au piano et au violon.

 

D’autres sont cependant beaucoup plus réussis, comme ‘Without Prejudice’ et son taping calé sur le riff à headbang du compagnon de mélodies et ce break groovy du bassiste qui a lui aussi plus d’un tour dans son sac. ‘Yellow Teeth’ et son passage acoustique totalement planant, ‘Plato’s Tripartite’ aux sonorités Mars Voltiennes et son outro en son clair, ou encore ‘Animal Bones’, morceau complètement barré avec ce chant éraillé, ce break mélodique et ces chœurs épiques taillés pour la scène. Le dernier morceau de l’album, ‘Skies’, est sans doute le meilleur choix pour clore cette pièce. Sorte de synthèse de l’album, il propose un condensé de ce chant hardcore, de passages hallucinés où les gratteux s’en donnent à cœur joie et nous offre un final très accrocheur.

Les morceaux s’enchaînent sans transition ni concession, nous perdant parfois en route, mais avec cette richesse qui permet de ne pas se lasser en cours de route, bien que comme tout album de Protest The Hero, il faudra sans doute plusieurs écoutes pour le digérer. Toujours plus mélodique au point de frôler un côté « pop », parfois plus enragé, globalement moins syncopé, ce ‘Volition ‘ nous replonge dans l’univers des canadiens à la virtuosité exemplaire. Sans doute plus accessible que les précédents opus, ce 'Volition' n’en reste pas moins un bon album que tout fan de la formation s’empressera de posséder.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports