RUNEMAGICK - Dawn of the end

Chronique

Pochette de l'album Dawn of the end par Runemagick
  1. Dawn of the end 5:50
  2. Voyage of desolation 11:37
  3. Chtonic temple smoke 10:11
  4. Metalination 8:49
  5. volcano throne 7:37
  6. The circle 4:49
  7. Magus of fire 9:37
  8. Sabbatum ad infinitum 3:37

Site(s) du groupe :

MySpace de Runemagick Site web de Runemagick
Style : voir chronique
Par Arthur

Publié le 29/12/2007

 

( Doom/death metal)

Apres 17 ans de carrière évoluant du death old school au doom le plus sombre et plus de 15 albums à leur actif, les suédois de RUNEMAGICK reviennent avec " Dawn of the end ". Toujours porté par le très inventif et inépuisable Nicklas Rudolfsson, ce projet de désolation nous livre un album très sombre dont la lourdeur et le pessimisme pèsent lourd sur les épaules de l'auditeur, et ne cessent d'augmenter durant l'écoute de ces 70 minutes de noirceur extrême.

A la première écoute, vous pourrez critiquer la lenteur générale de l'album et le manque de variété dans les riffs de guitare, mais les riffs restent dans la tête et la musique vous hantent longtemps après l'écoute. Donc vous remettez le cd, et là les choses changent. Vous ne voyez plus ce "Dawn of the end " comme une succession de 8 chansons monotones, mais comme un seul et même titre avec un caractère évolutif évident. Les compositions de Nicklas rudolfsson nous donnent l'impression d'une histoire progressive qui nous emmène dans la noirceur extrême. Une histoire ou les thèmes de la nostalgie et de la fin proche sont omniprésents.

La musique en elle même n'a rien de très originale et aurait pu être faite il y a 20 ans, mais elle reste très efficace. Le son de guitare est idéal pour cette musique, une saturation tranchante tout en restant audible et un son clair très travaillé et doux, les divers effets et arrangements sur la guitare sont aussi discrets qu'efficaces. La basse et la batterie se contentent de poser une base rythmique basique sans originalité, mais solide et dans le ton de l'ambiance tout au long de l'album. Seule la voix de Nicklas donne une réelle touche d'originalité car il n'utilise pas de chant guttural, mais une voix plus agressive et clair qui m'a tout de suite fait penser aux groupes d'indus des années 90 ( Marco nerves de TREPONEM PAL en tête ) et n'utilise le chant clair que sur une piste « Magus of fire ».

Bref un excellent album qui pourrait être qualifié de " concept " non pas grâce à son thème principal mais grâce à la logique et le style de la composition. RUNEMAGICK respecte à la lettre les codes de ce style de musique, sans donner le sentiment de " déjà-entendu " et donc rajoute une pierre au sombre édifice musical qu'est le doom.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports