SACRED STEEL - The Bloodshed Summoning

Chronique

Pochette de l'album  The Bloodshed Summoning par  Sacred Steel
  1. Storm of Fire 1916 03:08
  2. No God / No Religion 04:58
  3. When the Siren Calls 04:53
  4. The Darkness of Angels 05:57
  5. The Bloodshed Summoning 05:50
  6. Under the Banner of Blasphemy 02:30
  7. Black Towers 04:26
  8. Crypts of the Fallen 05:48
  9. The Night They Came to Kill 04:04
  10. Join the Congregation 00:18
  11. Journey into Purgatory 07:42
  12. Doomed to Eternal Hell 00:57
  13. Bonustracks :Perversions of the Scriptures 03:27
  14. Unbinding the Chains 04:49
  15. Dig Up Her Bones (Misfits Cover) 02:55

Site(s) du groupe :

Site web de  Sacred Steel
Style : voir chronique
Par olivier no limit

Publié le 03/02/2013

 

Le 16 février, le label Cruz Del Sur Music nous propose la sortie de «The Bloodshed Summoning », 8 eme album du groupe de speed heavy Allemand Sacred Steel. Alors comment vous le dire ? Si c’était un alcool, ce groupe pourrait être comparé à du « gros rouge qui tache ». Sauf que pour certains ils prendront ce cru comme ayant le gout du vinaigre.

Musicalement, cela vous rentre dans le lard comme pour « Storm of Fire 1916 ». Le son est gras, musclé, abrasif. Les tempos envoient à fond la caisse. Un morceau tel que « Under the Banner of Blasphemy » a même un petit côté thrashy pas désagréable. Ils vont également puiser leur inspiration du côté épique de la chose, ne déteste pas un metal un peu plus mélodique, via le heavy traditionnel. Après leurs compos sans être incontournables, possédent, en tous les cas, la force de l’impact, style « prends cette bûche sur la tête et tais toi ! ».

Mais c’est le chant qui retient l’attention et pas dans le bon sens.

Quand Gerrit P. Mutz éructe de manière linéaire, c’est pas mal. Il aurait dû être chanteur de thrash. Seulement voilà, il nous fait de la voix méchante sur quelques syllabes puis passe en voix claire alors que l’on ne s’y attend pas. Cela fait un peu forcé. De plus, comme sur le refrain de « Black Towers », il est parfois à la limite du faux.du coup....

...soit vous prenez cela au deuxième degré et vous adoptez, soit cela vous gave et vous rejetez. Ce combo existe pourtant depuis 1997 et ils en sont à leur 8 eme galette. Ont peu dire qu’ils sont opiniâtres, ou qu’ils ont un public qui les suit. Une sorte de phénomène malgré ce chant "entre les deux".

Pour ma part, je n’accroche vraiment pas.

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports