SALTATIO MORTIS - Aus Der Asche

Chronique

Pochette de l'album Aus Der Asche par Saltatio Mortis
  1. Prometheus
  2. Spielmannsschwur
  3. Uns Gehört Die Welt
  4. Sieben Raben
  5. Vaulfen
  6. Irgendwo in Meinem Geiste
  7. Koma
  8. Wirf Den Ersten Stein
  9. Tod und Teufel
  10. Choix des Dames
  11. Worte
  12. Kelch des Lebens
  13. Nicht Bleibt Mehr

Site(s) du groupe :

Site web de Saltatio Mortis
Style : voir chronique
Par Seb

Publié le 31/10/2007

 

Métal Gothique/Folk

Certains groupes possède une légitimité non pas uniquement grâce à leur musique, mais aussi grâce à leur provenance géographique. Un peu comme le tampon « black métal norvégien », sensé donner une sorte de légitimité, une sorte d'appellation d'origine contrôlée de la musique. C'est la même chose pour le métal gothique et l'Allemagne. Un groupe officiant dans le genre possède encore plus de chances d'avoir un certain succès si il est allemand, quelque soit la qualité de sa musique. Ce qui nous amène à Saltatio Mortis. Sa musique est proche du plagiat de In Extremo (Thomas Heimann-Troisen produit les deux groupes) et autres Tanzwut, et pourtant cela ne l'empêche pas de rencontrer le succès dans son pays d'origine, l'Allemagne donc. La question mérite d'être posée: pourquoi ?

« Aus Der Asche » est le sixième album du groupe, sans compter un disque live sorti il y a deux ans. Le groupe n'a jamais changé sa recette durant tout ce temps: rythmes dansants avec des solis de cornemuse (il y a plus de sonneurs – 5 – que de guitariste – 1 – dans le groupe, qui contient 8 membres) posés sur la section rythmique. La guitare ou d'autres instruments se font entendre quelques fois, durant de courtes incursions destinées à varier les sonorités et apporter une touche plus électrique, mais la cornemuse est l'instrument roi sur ce disque. Seule la ballade « Nicht Bleibt Mehr », construite autour d'une guitare acoustique, n'en contient pas.

L'ensemble est très entraînant, c'est le but même de ce genre de musique, parfaite pour n'importe quelle fête paillarde. Les « riffs de cornemuse » sont bien trouvés et donne bien envie de headbanguer franchement, le chant est agréable, bien que répétitif: Alea der Bescheidene reste tout le temps sur la même intonation. C'est tout l'album qui est répétitif en fait: même rythme d'une chanson à l'autre (même si deux ballades se sont incrustées, histoire tout de même d'aérer un peu tout cela), même construction (couplets + refrain + pont + couplets). Vers la moitie de l'album, tout effet de surprise a disparu et il est facile de deviner comment seront les chansons suivantes. Et c'est à ce moment que l'ennui envahit l'auditeur. Plutôt que d'écouter l'album dans son intégralité, il est plus judicieux de choisir une ou deux chansons au hasard quand le besoin de quelque chose de festif se fait sentir.

Alors, pourquoi ce groupe rencontre un tel succès dans son pays (l'album précédent était 54eme dans les charts) alors qu'il ne fait que reprendre à la lettre une recette testée et éprouvée par d'autres groupes avant lui ? Dure de l'expliquer, la musique est entraînante et pas mauvaise au fond, bien qu'elle soit répétitive. Son origine lui donne sûrement une espèce de crédit, ou les fans de cornemuses sont bien plus nombreux là-bas.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports