SARAH JEZEBEL DEVA - A Sign of Sublime

Chronique

Pochette de l'album A Sign of Sublime par Sarah Jezebel Deva
  1. - Genesis
  2. - A Sign Of Sublime
  3. - She Stands Like Stone
  4. - The Devil's Opera
  5. - They Called Her Lady Tyranny
  6. - The Road To Nowhere
  7. - Your Woeful Chair
  8. - Newborn Failure
  9. - Daddy's Not Coming Home

Site(s) du groupe :

MySpace de Sarah Jezebel Deva
Par Biguiz

Publié le 11/02/2010

 

(style : Métal gothique symphonique)
Sarah Jezebel Deva, voici un nom qui doit parler aux fans De Cradle of Filth entre autres. L'anglaise a en effet été durant de longues années la choriste attitrée de la bande à Dani Filth. Ayant depuis longtemps envie d'avoir son propre groupe et d'assurer l'essentiel du chant, elle fonde son groupe Angtoria et sort un premier album en 2006. Évoluant dans un registre plutôt progressif et symphonique, elle décide alors d'initier son propre projet solo, influencé par le black symphonique des anglais de Cradle. Normal puisque le bassiste et le guitariste ont joué ou jouent encore pour ces derniers.

L'intro confirme d'ailleurs ces dires puisqu'il pourrait être sorti tout droit d'un « Midian » avec ses nappes de clavier, son piano dramatique et son violon mélancolique. L'intro étant très importante chez moi, me voici en excellente condition pour apprécier (ou détester) la suite.
Le titre « A Sign of Sublime », considéré comme le tube de l'album, déboule avec ses rythmiques trash et son chant assez... déroutant. Sarah Jezebel Deva est en effet à la limite du faux avec ses effets de distorsion dans la voix. Troublant connaissant les qualités vocale de la jolie Sarah (bon oui OK c'est pas vrai, mais ça faisait bien dans la phrase ^^). Cependant le titre reste assez appréciable bien soutenu par des ambiances sombres au clavier.

Les titres suivants sont assez heavy, et malheureusement, le chant est toujours aussi faux et les mélodies sont bateaux. Vous savez, parfois sous la douche on se prend à chanter un air totalement inventé. Et bien Sarah Jezebel Deva est la première chanteuse de shower métal ! Ou comment retranscrire les émotions d'une bonne douche brulante dans un métal qui semble-t-il a pris l'eau.

Heureusement, l'album est sauvé par les parties orchestrales qui sont assez réussies (voir très réussies pour « The Devil Opera » notamment). Les morceaux sont assez sombres au niveau de la guitare, et la batterie certes basique est rythmée et variée, mais l'ensemble est sans surprise et monotone, les riffs étant simplistes au possible. Pour résumer, les chansons sans guitare et sans batterie sont les plus réussies. Et il y en a 4 sur 9 ce qui sauve l'ensemble.
Pour couronner le tout, seulement 38 minutes au compteur. Enfin pour moi c'est un point positif : je n'aurai pas pu supporter plus longtemps.

C'est donc avec une impression de baclage que je jette ce disque à la poubelle... euh sur mon armoire. Peu de choses à vous dire de plus si ce n'est : passez votre chemin, ou bien jetez y juste une oreille car un ou deux morceaux valent tout de même le détour. Mais ne vous attendez pas à prendre une claque, ou alors dans les tympans, mais là ça fait mal.
Et en ce qui concerne ce "signe de sublime", je confirme : c'était juste un signe...

Note : 1,5/5 pour les ambiances.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports