SAXON - Into the Labyrinth

Chronique

Pochette de l'album Into the Labyrinth par Saxon
  1. Battalions of Steel
  2. Live to Rock
  3. Demon Sweeney Todd
  4. The Letter
  5. Valley of the Kings
  6. Slow Lane Blues
  7. Crime of Passion
  8. Premonition in D Minor
  9. Voice
  10. Protect Yourselves
  11. Hellcat
  12. Come Rock of Ages (The Circle Is Complete)
  13. Coming Home (Bottleneck Version)

Site(s) du groupe :

Site web de Saxon
Style : voir chronique
Par Gegers

Publié le 02/01/2009

 

Un an et demi à peine après la parution de l’excellent The Inner Sanctum, Saxon nous revient avec un nouvel opus. Et à l’écoute de ce dernier, force et de constater que nos cinq britanniques auraient mieux fait de prendre un peu plus de temps pour peaufiner cet opus.

Que les amateurs se rassurent, ce nouvel album n’est pas dénué de bons morceaux. Le premier tiers de l’album est d’ailleurs plutôt excellent. Après une courte intro nous ramenant à la belle époque de Crusader, Saxon nous assène l’épique Battalions of steel, à l’écoute duquel on imagine sans difficultés des hordes de chevaliers en armure s’engageant dans une bataille acharnée. Gonflé par des chœurs imposants, ce morceau est une véritable démonstration du savoir-faire en matière de heavy épique des Saxon.
Changement d’ambiance avec le très rock Live to rock (chronique du single ici : http://www.metalfrance.net/chronique_cd-2204.html ), hymne dédié à la musique que nous affectionnons tant et qui, s’il a le mérite de nous rappeler des albums comme Rock the Nations ou Solid Ball of Rock, souffre d’une ressemblance trop prononcée avec l’excellent I’ve got to rock présent sur The Inner Sanctum.
Avec Demon Sweeny Todd, le ton monte d’un cran. A la fois speed et hyper heavy, ce morceau nous montre un Saxon en grande forme, porté par un Biff dont les performances vocales semblent être totalement insensibles aux années qui s’accumulent.
Le morceau suivant, Valley of the kings, aurait pu être la grande réussite de cet opus. Riff imparable, titre épique sur lequel des refrains surgonflés font une nouvelle fois leur apparition, ce titre ne souffre que d’un seul handicap : ses couplets, sur lesquels le groupe a auto-plagié le titre Red star falling de l’album précédent. Même positionnement et intonation de la voix, mélodie identique. Si cela n’empêche pas d’apprécier le morceau pour ses qualités intrinsèques, Valley of the kings nous laisse tout de même un petit goût amère dans la bouche…

Into the Labyrinth commence finalement à décevoir à partir de Slow Lane Blues. Si ce dernier est un gros rock appréciable bien que peu marquant, Crimes of passion devient bien vite irritant à cause d’un refrain lourdaud et d’un refrain peu inspiré. Si le groupe se ressaisit avec l’excellent Voice, mid-tempo mélodique aux sonorités plus modernes (sans doute le meilleur titre de cet opus), le peu inspiré Hellcat, le speed mais imbitable Protect yourselves (à moitié sauvé par un solo dantesque) viennent malheureusement nuire à la qualité de cet opus. Dernier sursaut avec le potable Come rock of ages et la reprise acoustique de Coming home qui viennent achever cet opus très en dessous de The Inner Sanctum.

Comme dit plus haut, Into the Labyrinth n’est pas un mauvais album (il ne comporte finalement que trois titres véritablement indignes de la légende). Le problème vient plus tôt que fait que Saxon accumule des petites fautes (ces auto-plagiats flagrants notamment) qui rendent cet album incapable de rivaliser avec The Inner Sanctum. Un album sympathique, mais pas un indispensable.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports