SECRETS OF THE MOON - Privilegivm

Chronique

Pochette de l'album Privilegivm par Secrets Of The Moon
  1. Privilegivm
  2. Sulphur
  3. Black Halo
  4. I Maldoror
  5. Harvest
  6. For They Know Not
  7. Queen Among Rats
  8. Descent
  9. Shepherd
  10. sG - guitars & vocals
  11. Thelemnar - drums
  12. LSK - bass
  13. Label : Lupus Lounge

Site(s) du groupe :

Site web de Secrets Of The Moon
Style : voir chronique
Par Frigid

Publié le 02/10/2010

 

Post black métal jouissif

Comment parler à peu près objectivement d’un album que j’ai découvert en live et dont il m’a fallu près de 2 semaines pour me remettre. Je ne peux donc pas renier l’influence du live vu au Hellfest (2010) où le set proposé en a fait éructer plus d’un.

Pour se remettre les idées au clair on peut rappeler que le groupe a attendu 3 ans depuis son précédent album « Antithesis » (2006) et en a profité pour remanier le line up. A noter notamment l’arrivée de la bassiste française LSK (Ex Antaeus notamment.)
Le groupe allemand a bien fait de se terrer pendant 3 ans car il casse littéralement la baraque avec Privilegivm.
Il plante le décors d’un black original et efficace, malsain sans tomber dans les clichés du riff unique qui sonne bien et qu’on remet à toutes les sauces au cas où on aurait pas compris. Le génie de cet album est en fait de ne jamais faire durer trop longtemps les bonnes choses, de nous plonger régulièrement dans une quasi frustration…
Mais quand ces montées fracassantes réapparaissent, c’est une jouissance décuplée assurée!!
Après une intro sans grand intérêt, (voix monacale avec reverb à gogo, nappe de guitare ultra saturée et dissonante qui ne crée pas vraiment chez l‘auditeur le malaise escompté), voila que débarque direct Sulphur un des « tubes » de l’album.
Pas moins de 10 minutes de bonheur tout en finesse. Une progression lente et bien pensée qui déboule sur un riff sur lequel je ne peux jamais m’empêcher de pousser les baffles a fond. L’effet des harmoniques et des quelques passages presque heavy sont imparables.
Ils enchainent avec une série de riffs bien lourds et une structure générale qui fait languir tout en foutant des claques régulières, le tout sans jamais lasser, ce qui est appréciable pour un morceau de cette durée (presque 10 minutes).

Dans l’ensemble cet album donne l’impression d’écouter plusieurs morceaux par piste tant les structures changent du tout au tout. On sent une technique maitrisée qui s’illustre par sa sobriété et sa retenue. La production est sans accrocs, et les plans de guitare encouragés par la batterie nous tiennent en haleine jusqu’à la dernière seconde.
Un petit bémol néanmoins pour la voix, un tantinet trop classique et linéaire à mon goût. On peut regretter l’absence de « craquages » plus malsains et moins maitrisés, sachant que SG, le chanteur, avoue avoir beaucoup travaillé pour pouvoir offrir au groupe une palette plus variée de timbres et d’effets. Il serait préférable qu’il n’arrête pas là ses efforts au regard notamment de ses performances peu convaincantes en voix claire sur le morceau « Shepherd ». (En clair il nous propose une version LIDL des meilleurs morceaux d’Alice in Chains.)
Mais trêve de langue-de-putage, Privilegivm est pour moi un album qui se déguste; à écouter sans faim.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports