SEIDE - Here Is No Truth

Chronique

Pochette de l'album Here Is No Truth par Seide
  1. Nightmares of Humanity (Wrath of Rats)
  2. Ein Unendlicher Blitz
  3. Fire Within
  4. Penetrating Warhead
  5. Mystic Shape of Self Hatred
  6. Inner Devastation
  7. Dark Ages
  8. Danger Zone
  9. Dans une Flaque de Sang
  10. Sacrifice
  11. They Come to Us

Site(s) du groupe :

MySpace de Seide
Par Giliath

Publié le 07/01/2012

Télécharger légalement

Faisons un petit tour à Paris pour une découverte plutôt dark avec le groupe Seide. Celui-ci nait de l’obscurité en 2007, créé par trois des membres actuels : Count D (chant), Shub Niggurath (guitare/chant) ainsi que R Rikk (batterie). Le groupe de black metal compte aujourd’hui cinq membres avec un nouveau bassiste et guitariste : Wotan et Lughma. Seide, un nom de groupe qui signifie en vieux français un homme au dévouement aveugle et fanatique et venant aussi de l’arabe Zayd qui est un affranchi de Mahomet. Les inspirations lyriques et musicales sont en parties liées au nom de Seide. Les cinq français se feront remarqués par leur charisme et leur originalité sur la scène française du metal extrême. Ils ont aussi réussi après deux ans de travail de composition, à nous offrir ce premier album sorti le 10 octobre 2011 intitulé Here Is No Truth après la démo nommée Dogma de 2009.

Rentrons dans cet univers oppressant par une introduction intitulé Nightmares Of Humanity nous menant de suite vers le début d’un cauchemar qui ne tardera pas à prendre toute son ampleur par la suite. Avec le titre Ein Unendlicher Blitz, on retrouve un chant allemand torturé muni des armes les plus brutales et violentes que sont les guitares. Elles nous envoient des riffs soutenus très rapides et répétitifs. Ici la langue allemande s'adapte bien au genre par son ton sec employé dans le chant. Celui-ci donnant toute cette envergure à la musicalité du morceau. De même, il s'agit d' un excellent choix appuyant les thèmes choisis par le groupe qu’est la guerre, les atrocités humaines. Cela peut nous rappeler par la même occasion, l’invasion allemande et des crimes contre l’humanité. Seide fait appel à une certaine musicalité et donne toute sa rage à l’interprétation de ses compositions. Nous en avons un exemple avec le titre suivant intitulé Fire Within. Les guitares sont toujours à l’unisson pour envoyer toute la puissance et la vélocité du jeu des riffs. Le chant quant à lui est très compréhensif et sec malgré la fluidité de la langue anglaise. Ce titre se veut très persuasif et on ressent qu’il n’y a aucunes négociations possibles avec Seide, ni soumissions à n’importe quel dogme possible. Chaque titre a sa propre identité mais tous ont un point commun : celui de garder des lignes instrumentales harmonieuses et mélodiques. Un encart instrumental de deux minutes et quelque en milieu d’album vient s’incruster en nous plongeant sur un champ de bataille rasé par les bombes où seul la souffrance et la mort sont les invités. Pas un bruit, juste un son grave, tragique accompagné d’un sampler représentant un homme en pleine agonie. La suite reste dans le même ton mais cette fois avec des guitares au son clair et électrique, un chant et bien sûr la batterie. Le titre Danger Zone utilise une technique différente pour le chant, ce qui nous permet de voir que le chanteur a plus d’une corde à son arc pour nous mettre dans l’ambiance. La technique utilisée étant le chant parlé très utilisé aussi par le groupe Saturnus pour les amateurs de doom gothique. Un titre aussi qui retient notre attention est nommé Dans Une Flaque de sang. Une composition aux paroles françaises très prenantes mais aussi très violentes dans ses mots. Un morceau intéressant musicalement comme lyriquement. L’interprétation est vivante et pleine de conviction. Aucun échappatoire n’est possible dès l’écoute de ce titre ! Nous sommes comme happés par cette vague de révolte et de violence. La fin est concluante avec comme le retentissement d’un coup de révolver. Un album qui offre un grand échantillon de jeux instrumentaux et vocaux.

Quant à la pochette, même pour elle, l’originalité est au rendez-vous. Il s’agit d’une peinture crée par le guitariste Shub Niggurath. Pour le cover, il s’agit certainement de la représentation de trois soldats. Difficile à discerner d’ailleurs. L’artwork intérieur quant à lui est peint d’après une photo des ruines de Stalingrad après une attaque aérienne allemande.

Pour conclure, ce nouvel album est une vrai petite bombe qui ne peut que faire parler d’elle. Tout est mis en œuvre pour l’évasion de l’auditeur. La profondeur de la musicalité, le niveau instrumental et le son sont de très bonne qualité. A remettre dans toutes les mains adeptes du black metal et du dark metal.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports