SEPTICFLESH - The Great Mass

Chronique

Pochette de l'album The Great Mass par Septicflesh
  1. The Vampire from Nazareth
  2. The Great Mass
  3. Pyramid God
  4. Five-pointed Star
  5. Oceans of Grey
  6. The Undead Keep Dreaming
  7. Rising
  8. Apocalypse
  9. Mad Architect
  10. Therianthropy
Par Synth

Publié le 14/07/2011

Télécharger légalement

Tout à chacun sera d'accord pour convenir que ces derniers mois ont été assez mouvementés au sein de la scène Metal. De très bonnes surprises nous sont tombées sur le poil  avec, entre autre Aosoth et son formidable III (Agonia Records) ainsi que de parfaites déconvenues. 

Il est certain également que les sorties de certaines formations sont plus attendues que d'autres. Rétrospectivement lorsque l'on repense au succès qu'à remporté le précédent opus, Communion (Season of Mist) en 2008, il était légitime de s'attendre à ce que le dernier méfait en date  de Septic Flesh The Great Mass soit attendu de pied ferme par les fans du groupe, non sans une certaine appréhension.

 

Les plus virulents conviendront à regret que nous avons affaire à un album qui, bien qu'unique en son genre, ne délaisse pas le moins du monde la violence au profit de quelque expérimentation plus ou moin bien senties comme nous avons pu le voir chez d'autres formations. Force est de constater que là où tant échouent, Septic Flesh persiste et signe en nous présenant un album qui non content d'avoir été unanimement salué par la critique se place d'ores et déjà parmi les chefs-d’œuvre de l'année voire même de cette dernière décennie.

 

Apocalypse is Here, Run for your life.

 

 

Nos grecs favoris se sont octroyés des vacances bien méritées suite à la tournée promotionnelle de Communion qui s'est, rappelons-le, déroulée sur plus de sept mois. Qu'on se le dise, ce laps de temps a permis de voir naître l'album le plus violent qui ait jamais été composé par la formation à mon sens. Sans parler de l'univers visuel qui gravite autour de ce Great Mass qui s'avère être à n'en plus douter absolument grandiose.

Le résultat de l'artwork de ce nouvel opus est absolument bluffant. Pour ma part je dispose de l'édition digipack limitée du support Cd. Certains pestent à la vue de son prix, personnellement pour une sortie aussi attendue et d'une qualité de cette trempe j'ai du mal à concevoir qu'on puisse hurler pour une vingtaine d'euros à peine. D'autant que le livret de cet opus est vraiment superbe, une fois encore Seth se dépasse et nous offre un artwork impresionnant avec une fresque à la limite du génie en détournant un des symboles de la magnificence de la Grèce Antique, en une vision décadente, horriblement sombre et pourtant époustouflante.

Si vous trouvez déjà que le digipack est un objet à avoir absolument dans votre discographie, vous n'avez encore rien vu comparé au support vinyl. Si vous êtes amateur d'objet de collection vous pouvez vous y pencher sans hésiter un instant.

 

Ingéniosité, finesse et désespoir.

 

Vous l'aurez sans doute compris, c'est avec une ingéniosité étonnante que nos musiciens allient thèmes macabres au possible, arrangements orchestraux puissants ainsi qu'une myriade de mélodies plus travailées les unes que les autres avec une finesse et une brutalité impériale. Ce Great Mass regroupe tous les ingrédients qui font l'originalité et la force de Septic Flesh : plus qu'un vulgaire Death Metal, c'est un genre musical à part entière qui prend vie et nous emporte dans la tourmente.

Chaque titre a été mis en place de façon quasi chirurgicale, il est clair que les orchestraux ont été boostés ce qui confirme une fois de plus que ces mélodies sont devenues un véritable atout en plus de la voix sombre et ténébreuse si caractéristique de Seth, ce qui ajoute un relief impressionnant à ce nouvel opus. Nous constatons également que le leitmotiv présenté s'oriente vers une noblesse à la fois évidente et grandiloquente qui transporte l'auditeur vers une violence exacerbée.

Season of Mist a mis les petits plats dans les grands niveau production : l'enregistrement effectué au Devasoundz Studio (Athènes), collaboration avec l'orchestre philharmonique de Prague, mixage réalisé par Peter Tägtgren au studio Abyss et Jonas Kjellgren qui s'est chargé du mastering. Rien que ça.

Notons également la présence de guests sur cet opus Androniki Skoula (Chaostar) et son timbre de voix mezzo-soprano ; ainsi qu'Iliana Tsakiraki (Meden Agan) à la fois envoûtante et ténébreuse. Autant de voix féminines hors du commun qui enrichissent davantage ce Great Mass en se mêlant de façon quasi hypnotique aux timbres si particuliers en soit de Sotiris et Seth.

Même chose, Fotis se démarque de plus en plus derrière ses fûts en affichant une technique de plus en plus poussée, fait assez remarquable pour être souligné comme il se doit. 

 

Homogénéitié 

 

The Great Mass étonne et rassemble la foule sous un étendard unique grâce à une unité sonore unique. En effet, nous nous retrouvons avec un panel de styles musicaux traités très vaste allant du Death au prog en passant par des titres plus groovy ou encore plus atmosphériques. Sans parler des influences exploitées. Pourtant les titres s'enchaînent avec un feeling incroyable sans que ça ne choque à aucun moment. Tout est clair, limpide, fluide, attirant. Si la perfection était de ce monde, il est certain que cet album s'en rapprocherait énormément. Septic Flesh nous a offert ici un chef-d'oeuvre qui restera sans nul doute ancré dans l'histoire de la scène Metal et ce pendant un long long moment.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports