SETH - Les Blessures De l'Âme (réédition)

Chronique

Pochette de l'album Les Blessures De l'Âme (réédition) par Seth
  1. La Quintessence du Mal
  2. Hymne Au Vampire (Act I)
  3. Hymne Au Vampire (Act II)
  4. Le Cercle De La Renaissance
  5. Les Silences d’Outre Tombe
  6. Dans Les Yeux Du Serpent…
  7. …A La Mémoire De Nos Frères
  8. Les Sévices De La Peste (Bonus)
  9. Corpus Et Anima (Bonus)
Par Dzo

Publié le 23/08/2012

 

Quatorze années se sont écoulées depuis la sortie de ‘Les Blessures de l’âme’, et entre temps il s’est passé beaucoup de choses au sein de Seth. En effet, en 2005, le groupe décidait de splitter, temporairement ou définitivement, personne ne savait vraiment. Ce n’est que l’année dernière que l’entité française prend la décision de se remettre sur les rails et décide ressortir cet opus, qui fut une consécration à l’époque.

La particularité de Seth sur cette galette est que le groupe développait ses paroles en intégralité dans la langue de Molière. Chose qui n’aura lieu que sur ‘Les Blessures de l’Âme’, ses successeurs visant également l’anglais. Paroles françaises donc, bercées dans un Black Metal symphonique recherché et abrasif, teinté de vampirisme et de mélancolie. N’imaginez pas un truc kitch quand je dis vampirisme, ici, c’est un travail de maître qui a était fourni.

Ce premier opus n’a pas été réenregistré à la sauce 2011 comme a pu le faire récemment Gorgoroth avec ‘Under The Sign Of Hell’, parodiant ainsi la version d’origine. Il s’agit là simplement d’une réédition. Mais l’album refait tout de même surface avec deux titres supplémentaires au compteur: ‘Les sévices de la Peste’ et ‘Corpus et Anima’, morceaux qu’on retrouve sur ‘War Volume III’, un split de l’époque avec Cultus Sanguine. L’artwork a également subit un petit coup de jeune, réalisé par le bassiste de l’époque (voir l’interview d’Heimoth visible ici).

A mon goût, ‘Les Blessures de l’âme’ est l’opus le plus marquant de la discographie de Seth. J’ai eu plus de mal à accrocher à ‘L’Excellence’, caractérisé par un changement de style assez marqué de la formation. En effet, Seth y avait fait abstraction des claviers et a mis l’accent sur une musique plus agressive et moins hypnotique que son prédécesseur.

‘La Quintessence Du Mal’ nous emporte dans l’univers sombre et épuré de toute onde positive du combo bordelais. La voix particulière de Vicomte Vampyr Arkames, tantôt criée tantôt parlée, apporte un ton atypique et une certaine richesse aux morceaux. Les riffs d’Heimoth sont riches et variés; les parties claviers sont quant à elles bien présentes, tout en restant en retrait de manière à ne pas étouffer l’auditeur avec trop de symphonie. On remarque d’emblée aussi une production saine, pas irréprochable mais très pro pour un premier full-lenght.

‘Le cercle de la Renaissance’ démarre sur un air soutenu de blast parfaitement exécuté. J’en profite pour faire une parenthèse et parler du jeu de batterie d’Alsvid, qui est vraiment très bon. Capable de partir dans des parties blast impressionnant comme dans un jeu mid-tempo fin, net et précis. Ce dernier a d’ailleurs joué au côté des belges d’Enthroned sur l’excellent ‘Xes Haereticum’ ainsi que le déjà mythique ‘Tetra Karcist’. Je parle du batteur, mais en fait pour un premier album, le niveau de l’ensemble des musiciens est plutôt impressionnant.

Pour en revenir au morceau, son homogénéité entre passages rapides et passages acoustiques, riffs mélodiques et ambiances hypnotiques du clavier rendent cette chanson incontournable, et pour moi la plus intense de l’album. On ne voit pas passer les dix minutes qui la composent.

Et c’est le cas avec tout l’album en fait. Comment résister au morceau instrumental ‘Dans les Yeux du serpent...’, qui monte progressivement en intensité, suivi d’‘...A La Mémoire De Nos Frères’, tout aussi sombre et hypnotique, toujours avec les paroles très compréhensibles du chanteur, chose rare dans le Black.

Au niveau des morceaux bonus que je ne connaissais pas contrairement à l’album, ils sont dans un esprit un peu différent. Si ‘Les Sévices De La Peste’ est à mon goût un soupçon plus brouillon (quoique j’apprécie beaucoup le passage acoustique, le groupe est décidément doué pour ce genre d’interlude dans les morceaux), ‘Corpus Et Anima’ est quant à lui nettement plus redoutable, direct et agressif.

L’écoute de cet opus est un véritable voyage, où l’auditeur voit défiler divers émotions en fonction des pistes, que ce soit en passant par des passages à la violence exacerbée ou d’autres plus calmes. Et c’est ce qui fait la véritable force de cette galette, c’est qu’elle arrive à nous prendre aux tripes en faisant un compromis équitable entre brutalité et symphonie. Le Black français possède quelques albums incontournables, et je ne prends pas trop de risques en affirmant que ‘Les Blessures De L’Âme’ fait partie de ces joyaux de l’hexagone.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports