SIDIOUS - Revealed in Profane Splendour

Chronique

Pochette de l'album Revealed in Profane Splendour par Sidious
  1. Sacrilegious Majesty,
  2. Inexorable Revelation,
  3. Revealed in Profane Splendour,
  4. Annihilation of Abhrorrent Credence,
  5. Obscenity ov Old,
  6. Infernal Reign,
  7. O Paragon, Bringer ov Light.

Site(s) du groupe :

Site web de Sidious
Par S.

Publié le 28/01/2015

Télécharger légalement

Label : Kaotoxin Records

Sortie : 03 Novembre 2014

Line-up : 

  • Isfeth : Chant/Lead guitare 
  • Indomitus : Guitare
  • Baalrath : Basse
  • Khrudd : Batterie

_______

A ceux qui ont eu la bêtise de jouer les sceptiques après la sortie de l'EP Ascension To The Throne Ov Self, à ceux qui ont crié avec force que Sidious était un projet sans enthousiasme car trop proche de telle ou telle autre grosse formation du genre. A ceux qui se sont fait un plaisir de ruminer de vielles rancœurs, j'ai envie de hurler qu'il y a de sacrés coups de pelle qui se perdent.

Pour faire simple, disons que lorsque Revealed in Profane Splendour est arrivé dans les bacs, les anglais étaient clairement attendus à la fois par les fans du genre, mais aussi -voire surtout- par les réfractaires.

 

 

En grande amatrice de black devant l'éternel, complètement aigrie et donc super difficile -il faut bien l'avouer- je me devais de faire part de mon ressenti vis-à-vis de cet album. S'il est clair que la sortie de l'EP avait piqué à vif ma curiosité, c'est avec une impatience plus ou moins dissimulée que j'attendais la suite des réjouissances tant ledit album s’annonçait on ne peut plus prometteur. Bien qu'il ne soit -certes- pas évident de se rendre compte des capacités et/ou du potentiel d'une formation sur la base seule d'un galop d'essai, Ascension To The Throne Ov Self envoyait déjà du lourd !

 

Sidious-Revealed-In-Profane-Splendour-2014

 

Personnellement, comme souvent, la première chose qui m'a séduite à propos de ce premier album c'est son artwork. En un mot comme en cent : magnifique. Les dégradés d'orange, de jaune et de rouge sont simplement à tomber et c'est à Giannis Nakos (Remedy Art) que nous devons ce plaisir. Les thèmes du feu, du trône et des enfers sont souvent repris à travers la scène métal, cependant ces jeux de teintes tranchent largement là où nous avons très -voire trop- souvent des visuels cradingues au possible avec effets noirs/blancs hyper saturés qui m'ennuient sévère.

 

Eh, elle a des goûts de princesse

 

Viennent ensuite la première écoute, là, clairement c'est la gosse bifle. Kaotoxin nous sort encore un lapin de son chapeau, en mode gros gros mindfuck. Alors en effet dans un premier temps nous avons tendance à nous dire "oh, ça ressemble vachement à [...]" cette impression s'affine énormément après plusieurs tours de pistes où l'on constate qu'en dépit d'influences très nombreuses, Sidious s'en sort de fort belle manière. En gros, pour tomber dans la vulgarisation de base, Revealed in Profane Splendour est un mix d'horizons scéniques différents, qui se retrouvent dans un melting-pot à l'anglaise, -oserais-je?- grandiose. 

 

On ne peut que ressentir le Behemoth, le Dimmu, le Septic, limite l'Anorexia Nervosa, tant ça grouille là-dedans ! Ça fulmine dans tous les coins et personnellement je n'en espérait pas moins. Le gros plus à mon sens étant que cet album reprenne pratiquement la suite logique d'Ascension To The Throne Ov Self, loin de s'épuiser sur un concept qui pourrait sans difficulté devenir glissant, Sidious s'éclate et maîtrise son sujet avec force, conviction et surtout une passion quasi palpable

 

En ce qui concerne les compositions, nous restons ici dans un schéma plutôt classique du genre, bien qu'assez osé sur les orchestrations à mon sens qui viennent ponctuer de-ci de-là un album déjà riche. Revealed in profane Splendour est un opus clair, rapide et foutrement efficace. Habituée aux titres plus longs via les autres projets des membres, j'avoue avoir eu des incertitudes quand à l'homogénéité d'un album aussi éloigné du Doom, me voila donc rassurée, mes craintes s'étant tues dès la première écoute. Notons également la présence de passages plus mélodiques -chers à mon cœur il est vrai- qui cassent l'aspect "brut" de l'album tout en conférant une unité sonore particulière et un tantinet mélancolique chez Sidious. 

 

Niveau mixage, pourtant un gros point faible dans le milieu "UG", nous n'avons aucune raison d'être déçu. Chaque chose à sa place et chaque chose en son temps, j'ai envie de dire. Fluide, sans cependant avoir de coup de mou particulier, il y a du boulot derrière, c'est un point fort malgré tout très important. Revealed in Profane Splendour est un album accessible, avec une ribambelle d'influences qui feront sourire l'amateur sans nul doute, c'est un opus travaillé et surtout largement maîtrisé par chaque membre. Sans innover à 100%, Sidious nous propose ici un album puissant, tant sur le fond que sur la forme, produit par Russ Russell en personne (Dimmu, tiens donc..).

 

Avec ce premier opus, Sidious prouve que le savoir-faire est au rendez-vous, espérons maintenant que cette sortie puisse permettre à chacun de cristalliser son talent sous la bannière d'un Blackened Death métal apocalyptique absolument magistral.

 

/ S. 

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports