SIN STARLETT - Digital overload

Chronique

Pochette de l'album Digital overload  par SIN STARLETT
  1. Electric Expander (5'28)
  2. Tear Down The Walls (5'18)
  3. Force And Thunder (6'39)
  4. Digital Overload (4'27)
  5. Savage Night Shifts (6'31)
  6. The Last Straw (5'39)
  7. Righteous Saviours (4'58)
  8. Sideway Warriors (8'42)

Site(s) du groupe :

Site web de SIN STARLETT
Par olivier no limit

Publié le 29/06/2016

 

« Digital overload » du groupe Suisse SIN STARLETT. Trois après leur dernière sortie « Throat Attack », ils remettent le couvert, toujours porté par le label EMANES RECORD. Mais au fait, Ils font dans quoi ma petite dame ? Dans du heavy metal. Ah oui bon bof ! Bin non pas bof parce qu’ils sont vraiment bons !

Effectivement, dès les premières notes de « Electric Expander » on se retrouve plongé dans un metal aux bases solides, old school et accrocheuses. Il leur aura fallu trois années pour pondre ce nouvel album et on sent, de façon indéniable, une vraie passion pour cette musique qui nous propulse dans les 80’ via la N.W.O.B.H.M ; un peu de MAIDEN par ci, un peu de SAXON par-là, mais aussi une sacrée flagrance JUDAS PRIEST (Savage Night Shifts).

Riffs porteurs, basse/batterie qui envoient la pulsion comme il se doit, un chant particulier qui me fait dire qu’il a parfois des similitudes, au niveau du timbre de voix, avec Steve « Zetro » Souza ou UDO et puis des solos qui partent en joutes sonores, car ici on laisse beaucoup de place à l’instrumentation. Vous savez ce genre de titres comme «Sideway Warriors », qui commencent tranquillement pour ensuite décoller sur des envolées guitaristiques qui sont censés vous prendre aux tripes, ce qui est le cas ici. Il y a aussi des compositions aux suites d’accords qu’on retrouve dans le hard rock (Digital Overload) ou cette ballade qu’est « The Last Straw » qui s’énerve en plein de milieu de parcours.

Bref, classique, traditionnel et bien senti ; à préciser que le son est mordant juste comme il le faut, tout en possédant ce qu’il faut de puissance. Un gage de plus au heavy qui me fait dire, que rien ne meure jamais et que ce style a encore de beaux jours devant lui.

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports