SOLAR FAKE - Broken grid

Chronique

Pochette de l'album Broken grid par Solar Fake
  1. /Hiding memories from the sun
  2. /Stigmata rain
  3. /(You think you’re) Radical
  4. /The shield
  5. /Creep
  6. /Here I stand
  7. /I keep my eyes shut
  8. /Hero & conqueror
  9. /Lies
  10. /Sometimes
  11. /Your hell is here
  12. /I can’t remember

Site(s) du groupe :

Site web de Solar Fake
Par Gegers

Publié le 05/04/2008

 

(Style : musique électronique) Je suppose que vous l’avez remarqué comme moi, ces temps-ci la mode est au metal sans guitares. Surprenant, mais pourtant des artistes n’hésitent pas à tenter l’expérience. On reste parfois en terrain connu, comme avec le projet Bassinvaders de Markus Grosskopf, et on est parfois très agréablement surpris, comme ce fut le cas avec le metal a capella de Van Canto. Et en ce début 2008 Sven Friedrich, leader du groupe de metal gothique allemand Zeraphine, nous propose un album de musique électronique. Ni guitares, ni basse, ni batterie, juste des samples, des synthés, et la voix chaude et grave (rappelant fortement le chanteur de Lacrimas Profundere) de Friedrich. Rien qu’à la lecture de la bio, l’envie d’envoyer valser cet album s’est donc faite sentir très rapidement. Néanmoins, le slogan de Metal France est « le metal à l’esprit large », donc allez, faisons fi des préjugés et jetons une oreille là-dessus.

Et étrangement, l’album commence plutôt bien ! Le titre d’ouverture, ‘Hiding memories from the sun’, aux mélodies planantes et inspirées, sur lesquelles se posent la voix chaude de Friedrich, nous berce par son ambiance mélancolique. Et ce morceau n’est pas le seul bon moment de l’album : Certaines mélodies sont vraiment agréables, et feraient d’excellents riffs (‘(You think you’re) Radical’, ‘I keep my eyes shut’). On se croirait presque parfois en train d’écouter un album de Lacrimas Profundere ou End of Green. La reprise de ‘Creep’ (Radiohead) à la sauce Solar Cake est également assez convaincante. Seulement voilà, la messe est dite, et seuls ces quatre morceaux valent le détour. Pour le reste, Solar Cake se contente de nous pondre des morceaux techno (les ‘boum boum’ de ‘Hero & Conqueror’ et ‘The shield’ devraient faire se trémousser les tefeurs) ou indus (‘I keep my eyes shut’) sur lesquels la voix hyper trafiquée de Friedrich est dénuée de tout son charme.

Mis à part les fans ultimes de Friedrich et de son projet principal Zeraphine, je ne vois pas trop quel public pourrait bien accrocher à cet album de Solar Fake, décidément trop éloigné du metal, que ce soit sur le fond ou sur la forme. Pour les amateurs de musique électronique uniquement.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports