SOLSTAFIR - Otta

Chronique

Pochette de l'album Otta par Solstafir
  1. Lágnætti
  2. Ótta
  3. Rismál
  4. Dagmál
  5. Miðdegi
  6. Nón
  7. Midaftann
  8. Náttmál

Site(s) du groupe :

Site web de Solstafir
Par Eki

Publié le 28/10/2014

Télécharger légalement

Les islandais de Sólstafir viennent à nouveau nous attirer dans leur univers de glace et de feu avec un nouvel album, intitulé ‘Otta’.

Dans la suite logique de leurs 4 précédents opus, on pouvait s'attendre à ce qu'ils accordent encore plus de place aux passages contemplatifs, délaissant peu à peu leur stoner éraillé qui a fait connaître le groupe. L'album est certes plus calme dans son ensemble, mais cela n'empêche pas nos cow-boys de Reykjavik d'avoir su trouver des passages très inspirés, usant de ce mélange des genres qui leur est propre pour remettre du rythme à des moments parfaitement choisis.

 

Otta’ comporte 8 titres qui forment un tout assez long et lancinant, qui prêtent à la contemplation, ce qui ne les empêche pas d'être relativement variés.

 

L’album commence de façon très progressive. Une mélodie mélancolique au piano nous introduit à ‘Lagnaetti’, piste de près de 9 minutes toute en montée, grâce à un combo basse / batterie toujours aussi marqué. C’est d’ailleurs le premier single de l’album pour lequel le groupe a produit un clip vidéo qui ne sera pas sans rappeler le magnifique ‘Fjara’ de ‘Svartir Sandar’, l’opus précédent.

 

La première chose qui saute aux oreilles, c’est la place encore plus grande laissée à la musicalité et à l’ambiance des morceaux. Et pour cet album, l’instrument qui a certainement la plus grande place est le piano, ce qui s’accorde parfaitement avec l’atmosphère dans laquelle nous emporte le groupe.

Bien sûr, l’album reste varié et le talent de Solstafir pour nous pondre des mélodies qui vous prennent aux tripes et ne veulent plus partir, comme le fil conducteur de la piste éponyme ‘Otta’ avec ses violons entêtants, reste indéniable.

 

Une piste comme ‘Middegi’ fera quant à elle immédiatement penser au 'Pin Oro' de 'Svartir Sandar', tant par son rythme martelé par le son claquant de cette basse, que par sa construction très stoner rock.

Midaftann’ au contraire nous proposera une superbe ballade essentiellement menée par un duo piano / violon de grande qualité. Le chant qui, soyons honnêtes, était loin d'être la plus grande qualité du quatuor, même si le timbre rocailleux d’Addi et les textes intégralement en islandais ont leur charme et rajoutent de la matière à leur œuvre, arrive même à nous surprendre. Il y a clairement eu du travail de ce côté-là.

On sent en effet au fil des écoutes et lorsque l'on connaît les précédents opus, cette orientation de plus en plus post-stoner qui délaisse par moments la voix torturée qui était si jouissive dans ‘Masterpieceof Bitterness’, pour un ton plus posé et aérien. Ce n'est pas non plus omniprésent, loin de là, mais c'est ce qui saute aux oreilles à l'écoute de cet album qui s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur.

 

Au final, on a donc un album globalement plus atmosphérique et plus sonore à la fois. Une sorte de symbiose entre la puissance des riffs et le silence des plaines désertiques d’Islande. On peut se demander où la magie des islandais va s’arrêter, tant ils apparaissent comme l’un des groupes les plus créatifs de la scène actuelle. Branchez votre casque, prenez une grande inspiration, fermez les yeux : voilà, vous y êtes.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports