SONATA ARCTICA - Pariah's Child

Chronique

Pochette de l'album Pariah's Child par Sonata Arctica
  1. The Wolves Die Young
  2. Running Lights
  3. Take One Breath
  4. Cloud Factory
  5. Blood
  6. What Did You Do In The War, Dad
  7. Half A Marathon Man
  8. X Marks The Spot
  9. Love
  10. Larger Than Life

Site(s) du groupe :

Site web de Sonata Arctica
Par lucinda

Publié le 11/03/2014

 

En 2007, Sonata Arctica prenait ses fans au dépourvu avec "Unia", une production complexe, théâtrale, et qui tranchait clairement avec les opus précédents. Finis, les contre-temps propres au Power Metal, finis les titres courts et accrocheurs aux claviers entraînants et féériques. Les compositions, parfois plus longues, exploraient alors d'autres horizons et présentaient un certain grain de folie, que le groupe avait probablement besoin d'extérioriser. Ont suivi "The Days of Grays" en 2009, puis "Stones Grow her Name", en 2012, toujours marqués par une recherche constante de nouvelles structures et d'éléments originaux. Cette année, alors qu'il célèbre les quinze ans de sa discographie, le groupe finlandais a jugé qu'il était temps de revenir au bon vieux temps : un temps plus simple et plus accessible. Loin de renier leur créativité, Sonata Arctica revient avec "Pariah's Child", qui pourrait bien consoler quelques fans nostalgiques.

 

À première écoute, cette volonté de simplifier à tout prix amène à une évidente linéarité. L'opus s'ouvre sur un grognement de loup et des nappes de claviers accompagnées d'un solo du nouveau bassiste, Pasi Kauppinen. Une structure des plus simple, une mélodie accrocheuse et joviale, presque dansante, et un refrain que l'on retiendra très facilement, révèlent toute suite ce désir de charmer l'auditeur plus rapidement qu'avant. Pas étonnant que The Wolves Die Young ait été choisi comme premier single de l'album. Au même titre que ce dernier, Running Lights marque un certain retour aux sources promu par le groupe, avec ses contre-temps majoritaires et, une fois de plus, une structure très classique. Afin de mieux coller aux paroles, le morceau s'achève sur... le ronronnement d'un moteur de voiture en pleine puissance ! Ce ne sera d'ailleurs pas l'unique "mise en scène" contenant des bruitages issus de la vie quotidienne, puisque Cloud Factory dresse dès le début un décor tout particulier : ses sonorités industrielles laissent de nouveau place à des contre-temps et une mélodie très engageante. En revanche, le pont présente diverses couleurs, toujours à un rythme soutenu.

Si bon nombre de titres recherchent l'efficacité avant tout, au risque de passer inaperçus au premier abord, d'autres possèdent une saveur fascinante. L'inquiétante Blood est l'une des compositions les plus profondes de "Pariah's Child", avec ses rythmes variés et ses émouvantes mélodies. Le pont rappelle à s'y méprendre les plus vieux albums du groupe. Take One Breath et Half A Marathon Man, à l'instar de Shitload Of Money dans l'album précédent, offrent une atmosphère plus rock'n'roll, notamment créée par la voix de Tony Kakko qui monte plus volontiers dans les aiguës. Le pont de la première, légèrement répétitif, promet néanmoins une certaine montée en puissance que le chanteur n'omet pas d'appuyer d'un chant presque classique. La seconde détient un début et une fin légers et atmosphériques à la guitare sèche, accompagnée de samples qui plantent un décor chaleureux.

What Did You Do In The War, Dad alterne entre un dynamisme rythmique et mélodique à la "Oceanborn" (1998, Nightwish), et une mélancolie régulièrement portée par la voix paisible de Tony et des chœurs légers, dignes de la bande originale d' "Edward aux Mains d'Argent" ! Un des moments forts de l'opus, avec X Marks the Spot, qui, en dépit de ses sonorités très semblables à celles de "Reckoning Night" (2004), contient pourtant un des éléments les plus novateurs de l'album : de nombreux passages accueillent en effet la performance parlée de Jarkko Koskinen, qui interprète le rôle du "prêcheur", offrant ainsi une intensité imparable. Le coup de cœur a été immédiat pour ce titre aussi puissant que moqueur envers les cultes et communautés religieuses de toutes sortes.

Au contraire, la ballade Love n'a malheureusement pas sa place dans cet opus relativement riche, et constitue à elle seule le gros point négatif de l'album. En plus d'être excessivement courte, elle ne présente aucun intérêt, malgré l'intervention des guitares et de la batterie, et n'est pas digne des ballades précédentes du groupe. Mais peut-être n'est-elle là que pour introduire en douceur le morceau final, avec lequel elle s'enchaîne ?

Larger Than Life termine en effet l'opus en beauté ; riche en images et remplie d'émotions diverses, son intro cinématographique nous éblouit instantanément. La musique accompagne subtilement les paroles, qui racontent l'histoire d'une étoile montante du théâtre. Que ce soit lors de moments minimalistes et très prenants, joués au piano, ou au cours de chapitres plus épiques et rocambolesques, Tony se fait lui-même acteur tout au long de cette belle pièce et varie à qui mieux-mieux sa façon de chanter. Larger Than Life est digne de la diversité des derniers opus et aurait pu apparaître dans l'émouvant "The Days of Grays".

 

Bien qu'ayant simplifié leur façon de procéder, alors nostalgiques de leur énergie passée, Sonata Arctica est pourtant loin de revenir au charme d'antan. Certes, les structures sont ramassées (peut-être un peu trop) et les claviers reviennent ici et là. Mais vouloir renouer avec une époque si lointaine peut s'avérer plus compliqué que l'on se l'imagine - ce qui ne représente pas nécessairement une mauvaise chose ; les quelques éléments originaux qui apparaissent dans cet album constituent sa force. Sans eux, "Pariah's Child" manquerait cruellement de saveur.

Ainsi, nous avons là ce qui semble être un album transitoire, dont l'aspect "hybride" poussera l'auditeur à multiplier ses écoutes avant de réellement s'en imprégner - ou de se résoudre à le délaisser.

 

Lire l'interview de Tony Kakko

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports