SPEARHEAD - Theomachia

Chronique

Pochette de l'album Theomachia par Spearhead
  1. Eschatos
  2. The Lie of Progression
  3. Kshatriya
  4. Perdition Tide
  5. Polemos Pater Panton
  6. Praesagium
  7. Herald The Lightning
  8. Prey to the Conqueror
  9. Autocrator
  10. To Slake The Thirst of Ages
  11. Aftermath

Site(s) du groupe :

MySpace de Spearhead Site web de Spearhead
Par Carole

Publié le 19/06/2011

Télécharger légalement

Barghest : bass, vocals

Anaximenes : lead guitar

Invictus : rhythm guitar

Torturer (ex-Belphegor) : session drums

 

Sortie : 22 avril 2011

Format : CD, limited 12" LP

 

Label : Agonia Records 

 

Soyons polis et commençons par de brèves présentations. Le groupe nous vient du Sud de l'Angleterre. Deux albums précèdent ce dernier opus "Theomachia (The Doctrine Of Ascension And Decline)". Côté enregistrement, ils sont restés dans leur patrie, à Londres plus précisément, au Orgone Studios. Et ce n'est autre que Jaime Gomez Arellano (Ulver, Code, Aura Noir, …) qui en est le producteur !

Côté son, pour résumer, je dirais qu'il s'agit d'un réel coup de coeur. Le mixage est au poil et met en avant une batterie des plus martiale (cf. les cinq premières secondes, on dirait une mitraillette). Cette frappe me rappelle clairement Vader sur des titres comme "Carnal".

Le chant de Barghest qui crache son agressivité n'est pas en reste. L'album est majoritairement rapide et empreint d'une violence plus que palpable. Quelques solos de guitare viennent entrecouper cette brutalité pur jus.

"Perdition Tide" m'a littéralement scotché. Un riff de gratte et un rythme de batterie en triolet à couper le souffle et qui brillent par une certaine originalité. Spearhead n'hésite pas à sortir des sentiers battus pour proposer un Death Metal qui allie des instants Thrash (pour la rapidité) et des parties plus lourdes, digne des plus ignobles rejetons du Death Metal.

Prenons encore "Prey To The Conqueror" qui vient indéniablement nous rappeler des rouleaux compresseurs comme Bolt Thrower, un rythme un peu plus groovy à la batterie en plus. Rappelons que c'est Torturer (ex-Belphegor) qui officie derrière les fûts. 

L'outro "Aftermath" nous offre une autre facette du groupe et nous laisse une dernière empreinte beaucoup plus "epic", mais très sombre. 

L'album ne compte que 37 minutes, mais au final il est souvent mieux de ne pas trop durer quand il s'agit de cette branche du metal. Le problème, si je puis réellement parler de problème, est que ce type d'enregistrement ne laisse aucun répit pour respirer, ou que très peu. S'il était plus long, un lassitude pourrait s'installer. Mais Spearhead redouble d'intelligence en nous proposant un timing super adapté.

Agonia Records nous propose donc une fois de plus une galette d"un grande qualité. J'espère voir le groupe sur scène rapidement !

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports