STANGALA - Boued Tousek Hag Traou Mat All

Chronique

Pochette de l'album Boued Tousek Hag Traou Mat All par Stangala
  1. Doom Rock Glazik
  2. Al Lidou Esoterik An Dolmen Hud
  3. Kalon An Noz
  4. Sorcerezed
  5. Deus Bars An Tan
  6. Langoliers
  7. Bigoudened An Diaoul
  8. Boued Tousek Hag Traou Mat All
  9. Izel Eo An Dour
  10. Mij Du

Site(s) du groupe :

Site web de Stangala
Par Mindkiller

Publié le 25/01/2012

 

Quimper. Ses festnoz, ses ambiances typiques de la Bretagne, ses bagads… et son metal. Et oui, la Bretagne est aussi un grand vivier de bons groupes metal de tous poils. Aujourd’hui nous nous intéressons à un groupe de stoner doom aux accents sludge : Stangala. Fort d’un premier EP en 2008, le groupe revient trois ans après nous livrer leur premier effort full-lenght. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces gars-là savent nous surprendre.

En effet dès le premier titre, les choses prennent une direction complètement barrée. Les rythmiques et les mélodies sont tout à fait naturelles pour ce genre de musique. Ce qui est moins habituel est l’utilisation de biniou, bombarde et autre instrument folklorique. Rajoutez à cela des paroles en breton et vous aurez l’idée de ce à quoi on peut s’attendre avec ce TRÈS BON album. Bon le groupe ne cache pas son affection aux divers psychotropes non plus (‘Mary Jane, Salvia & Mushrooms, The forces of the Earth’, Doom Rock Glazik) mais ça donne tout le côté mystique psychédélique de leur musique. Imaginez un peu un Spiritual Beggars crasseux et caverneux mélangé à un Black Sabbath des premières heures (le tout premier album) ainsi que des touches à la Monster Magnet et vous aurez le trio gagnant des influences de nos trois gaillards.

C’est d’ailleurs là toute la force de ce groupe. Dès le premier morceau on est pris d’un sourire. Mais pas le sourire narquois qui dit : bande de joyeux drilles… Bien au contraire, c’est le sourire qui prend quand on est en train de découvrir une bonne petite pépite. Car si le premier titre peut s’avérer léger, son successeur lui, est bien plus lourd et sérieux. Certes, c’est du stoner comme on a déjà pu en entendre, du moins pour les plus férus de ce style. Mais Stangala sait utiliser avec brio les recettes qui font de bons morceaux pour ce style. La voix, bien en retrait mais tout de même présente donne un côté mystique aux morceaux tout en nous aidant à planer. Car c’est bien là l’exact terme pour définir la voix de Steven Le Moan : planante. Autre fait à noter, la présence de la basse. Et pas n’importe quel jeu qui plus est. Alexandre Miossec est très certainement un rejeton caché, du moins spirituellement du grand Geezer Butler. Ses lignes de basses y font penser dès les premières lignes en particulier sur Al Lidou Esoterik An Dolmen Hud. Et les surprises de continuer. Comment sur un titre aussi lourd que celui-ci peut on trouver le moyen de rajouter encore une fois ces instruments qui font de la Bretagne une région à part ?

Il faut dire que le groupe est enclin à tout un folklore mystique. Encore un point commun au Black Sabbath des débuts. En effet, tous les titres parlent de culture païenne (au sens premier du terme). Le titre Deus Bars An Tan confirme aussi que le Sabbat Noir est une source d’inspiration, mais sans pour autant les plagier. Par certains aspects, instruments traditionnels en moins, on pourrait même penser que cet album est une suite au premier album de la bande Iommi, Osbourne, Butler & Ward. Excusez du peu !
On s’ouvre donc sur un monde qui pourrait être issu de la mythologie Arthurienne. La culture ‘druidique’ et tout ce folklore sied au final parfaitement bien à cette musique. On embarque donc pour un voyage dans des contrées lointaines grâce à cette œuvre. Œuvre oui, car l’album s’écoute d’une traite. Il s’apparente plus à un livre musical qu’à un album de stoner tout simple. Le livret n’étant là que pour nous servir de guide et nous donner le fil conducteur du récit que nos trois bretons nous content. On se retrouve presque en pleine tradition de culture orale ancestrale. Les plus celtes d’entre nous auront sans peine la larme à l’œil quant à l’écoute de cet OVNI musical.
Un album qui est la découverte de ce début d’année (l’album est cependant paru le 05 décembre 2011) et qui n’aura de cesse que de tourner dans la platine. A écouter sans modération. Car si le groupe nous parle des effets psychédéliques dus à différents psychotropes, le seul utile à l’écoute de ce Boued Tousek Hag Traou Mat All est notre imaginaire lié à la puissance de la musique de cet album se déroulant sans fausse note aucune.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

  • Commentaire de Mindkiller - 17/02/2012 19:50 Merci beaucoup. Ca fait vraiment plaisir. Et quant à l'album, il a tourner il y a encore peu de temps et je ne me lasse pas de le faire découvrir au plus de gens possible. Car cet OVNI est vraiment une superbe pépite.

    Il faudrait qu'ils trouvent un label un peu moins confidentiel et le tour sera joué !

    Mon chouchou de ce premier trimestre, clairement.
  • Commentaire de Carole - "Excellent" - 07/02/2012 13:01 Bonne chronique, qui m'a donné envie d'aller écouter.
    Et le groupe est juste excellent !

2 commentaires au total

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports