STONE TEMPLE PILOT - Stone Temple Pilot

Chronique

Pochette de l'album Stone Temple Pilot par STONE TEMPLE PILOT
  1. Midle Of Nowhere
  2. Guilty
  3. Meadow
  4. Just A Little Lie
  5. Six Eight
  6. Thought She'd Be Mine
  7. Roll Me Under
  8. Never Enough
  9. The Art Of Letting Go
  10. Finest Hour
  11. Good Shoes
  12. Reds & Blues

Site(s) du groupe :

Site web de STONE TEMPLE PILOT
Par olivier no limit

Publié le 09/04/2018

Télécharger légalement

« Stone Temple Pilot » par …STONE TEMPLE PILOTE un méga groupe qui a pondu des tubes planétaires comme « Plush », qui a aussi bien flirté avec du grunge / hard rock que du glam psyché, voire du funk rock, bref qui mérite l’étiquette alternatif vu la kyrielle de genres qu’ils ont utilisé. Beaucoup de remous dans l’histoire de ce combo avec en sus le décès en 2015 de Scott Weiland leur chanteur phare, suivi de celui de son successeur Chester Bennington l’année dernière. Et c’est Jeff Gutt qui reprend le flambeau.

 

Cela donne un album que j’aurai aimé beaucoup plus électrique qu’il ne l’est mais qui au final s’avère pétri d’un tas de compositions diverses et…. réussies. En fait si vous recherchez la musique de leur début autant vous le dire de suite : Passez votre chemin. Pourquoi ? Voilà ce que l’on y trouve. Les quatre premiers titres sont à ranger dans l’étagère d’un rock alternatif assez pêchu (attention on est loin du hard rock grunge) « Middle of Nowhere » et « Guilty » ont leurs guitares qui s’entrelacent dans un mix bien vu. « Meadow » est porté par une bonne grosse basse bien linéaire et « Just a Little Lie » est accrocheur. « Six Eight » lui est en contraste entre grunge et un zeste de flagrance BEATLES. « Thought She'd Be Mine » est plus léger, sur lit de guitare acoustique ; « Roll Me Under » relève le niveau de décibels et fait du bien à la moelle épinière, d’ailleurs « Never Enough » qui suit est franchement rock n’roll dans son riff ponctué d’un refrain plus mélodique. « The Art of Letting Go » est la petite ballade cool bonne pour une fin de soirée, un peu pop sur les bords. Même chose pour «Finest Hour ». Un peu de sursaut quand arrive «Good Shoes » et on arrive de nouveau dans la douceur quand l’album se termine sur « Red and Blues ».

 

Alors franchement je n’aime pas tout mais il y a une chose qui ne peut laisser insensible, c’est leur don pour les compositions, les fréres Deleo sont doués. Si vous écoutez leurs titres, ce mélange d’influences qui fait la trame de leur inspiration, se tissent en une toile musicale à la fois délicate et solide. De plus je trouve que le nouveau chanteur se fond dans l’ensemble sans aucune peine, y apportant une certaine sensibilité. Qu’on aime ou pas c’est un vrai travail d’artiste.

 

 

 

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports