SUTRAH - Sutrah

Chronique

Pochette de l'album Sutrah par Sutrah
  1. Asided Pits
  2. Architects
  3. First Transmission
  4. Hunger Exile
  5. Ignition
  6. Lost 2.0
  7. When Giants Pierce Clouds
Par Eki

Publié le 29/03/2015

 

Sutrah est un groupe de Post Hardcore originaire de Bayonne formé en 2009. Ils viennent de sortir leur premier album au titre éponyme, après la production d'un EP il y a de cela quelques années. Composé de 7 titres plus ou moins longs,ce genre musical s'affranchissant en général des standards, il propose une musique à la fois directe, voire violente, saupoudrée de passages plus ambiants ou atmosphériques.

 

On rentre directement dans le vif dusujet avec Asided Pits, aux riffs à la fois lourds et progressifs.La production est très bonne pour une mouture autoproduite, le chantcrié alterne du hardcore au progressif, et le couplet saccadélaisse place à un pont plutôt aérien. Un gros break bien sludgedes familles précède alors de façon assez abrupte la fin de lapiste, une outro en son clair qui apporte un peu de lumière dansleur univers mécanique.

 

C'est cette recette qui va globalement donner l'ossature de cet album. Oscillant entre sonorités industrielles et passages planants, l'univers dans lequel nous emporte Sutrah est torturé, mais pas totalement désespéré. 'Hunger Exile' est un exemple de leur façon d'intégrer ci et là des petites mélodies qui aèrent l'ambiance du morceau, le rendant moins claustrophobique.

En écoutant cet opus, on pense à des groupes comme Cult of Luna (surtout à leurs débuts) ou Meshuggah. Le début de 'Architects' notamment, avec ce martèlement de feraille en fond et ses riffs syncopés, fait clairement penser à une influence très nette du groupe suédois.

 

Mais Sutrah n'est pas une énième ressucée de ce qui se fait sur la scène actuelle. Le groupe possède sa touche propre teintée de l'ADN des nouvelles formations françaises, ce mélange de Metal technique et progressif auquel des groupes comme Gojira (eux aussi de Bayonne) ont ouvert la voie. D'ailleurs, l'influence dugroupe des frères Duplantier est souvent présente. Une piste comme 'Lost 2.0', si l'on met le passage en chant vocodé de côté, est limite un hommage tant toute personne ayant déjà écouté Gojira sentirait leur aura. Si ce n'est le pont qui est plus dans la lignée du reste de l'album, avec cette reprise in your face qui sort de nulle part. Il n'y a rien à dire,niveau efficacité, ils savent y faire.

 

Et comme Sutrah semble vouloir contourner le chemin souvent semé d'embuches des nouvelles formations pour aller directement jouer dans la cour des grands, la dernière piste, 'When Giants Pierce Clouds', met les petits plats dans les grands et nous fait voyager pendant plus de 12 minutes (en comptant 2 minutes de blanc et une outro cachée). Clairement l'un des meilleurs morceaux de l'album et sans doute l'un des plus maîtrisés, le groupe enchaîne les temps morts et les contre-temps,mélangeant les influences, nous abreuvant de rythmiques sourdes et destructurées qui se partagent l'affiche aux côtés de passages mélodieux ou sussurés.

 

Efficace dans l'ensemble, souvent violent, parfois planant, frôlant même le mathcore par moments, les bayonnais n'ont pas eu à tergiverser pour trouver leur style. Les paroles (intégralement en anglais) comme le visuel sont tout aussi travaillés que la musique, ce qui est assez rare dans ce genre de formation pour être signalé. Pour le moment, Bayonne semble compter un second couteau bien décidé à en découdre lui aussi. On a donc hâte qu'ils se mettent à écumer les salles de concerts afin de pouvoir se faire une idée sur scène. En tout cas, si c'est aussi convaincant que sur CD, Sutrah n'aura aucun mal à fidéliser son public.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports