T & N - Slave to the Empire

Chronique

Pochette de l'album Slave to the Empire par T & N
  1. Slave To The Empire
  2. Sweet Unknown
  3. Tooth And Nail
  4. It's Not Love
  5. Rythm of the Soul
  6. When Eagles Die
  7. Into The Fire
  8. Alone Again
  9. Mind Control
  10. Kiss of Death
  11. Jesus Train
  12. Access Denied

Site(s) du groupe :

Site web de T & N
Par Mindkiller

Publié le 28/03/2013

Télécharger légalement

Que faire quand on a été évincé d'un groupe et que l'on figure parmi les musiciens préférés toutes époques confondues de ce combo ? Bah on monte un groupe pardi. Tout comme The Company of Snakes qui, il y a une dizaine d'année faisait renaître le Whitesnake de la fin 70's, un trio magique se reforme pour un T & N pas toujours très inspiré. Mais pour les nostalgiques, c'est la joie de revoir Lynch, Pilson et Brown rejouer ensemble sur un même album (même si ce dernier jouera le mi-temps prêtant ses fûts à Brian Tichy par moments).

Mais que dire de cet album ? Là est toute la difficulté car en quatre titres différents on se retrouve déjà en présence de 4 titres différents. Et de plus l'inspiration n'est pas toujours au rendez vous. Car si des titres comme Slave To The Empire donne envie de taper du pied et donne le sourire, le suivant, Sweet Unknown fait baisser toute empathie quant à cet album tellement le titre est morne et lorgne vers un style qui ne colle pas au groupe... Un titre lourd et virant légèrement sur un metal prog à la Queensryche n'est pas vraiment ce que l'on peut attendre d'un tel groupe. De plus la voix de Jeff Pilson sur ce titre sent trop les effets (reverb', effets du style auto tune...) ce qui gêne en de nombreux points l'écoute. Et puis le soucis vient en partie de sa voix qui, bien qu'elle soit juste, manque de punch. Elle est un peu trop lisse et il lui manque clairement ce côté "rock" pour que ça colle totalement au style.

Il faut finalement attendre deux reprises de Dokken pour que la flamme renaisse. Comme c'est le cas sur Tooth And Nail (qui n'est pourtant pas la meilleure chanson de l'album) et surtout avec It's Not Love. L'apport des voix de Doug Pinick (King's X) et de Robert Mason, actuel chanteur de Warrant sont un réel plus. Et c'est à partir de là que l'album va trouver sa vitesse de croisière. Car même si des titres restent dispensables, l'album gagne en force à partir de ces titres. Certes des phrasés sont un peu trop modernes et emprunte légèrement au progressif, ce qui n'est pas forcément du meilleur effet, mais le style se trouve. A croire que l'on suit l'évolution des musiciens rejouant ensemble après des années et devant réapprendre à jouer ensemble au fur et à mesure des titres. Même Pilson qui était faiblard sur les premiers titres trouve sa voix, notamment sur When Eagles Die qui n'est pas loin d'être le morceau phare de l'album. Une réelle force se dégage de ce titre que ce soit par la composition, l'utilisation toute en finesse du clavier ou même au niveau des soli. Et puis arrivent les morceaux que l'on attend. Mais surtout pour les guests présents. En effet, le titre Alone Again voit le grand Baz' (Sebastian Bach, Skid Row première période ou la vraie pour les puristes) donner de la voix. Et là quelle claque mes amis. Alors qu'un certain Axl perd de sa superbe avec les années, Baz' lui gagne en maturité et en force. Certes nous sommes loin de la fougue d'un 18 & Life et de ses cris suraigus, mais la façon de chanter reste là et ce titre est juste le point culminant de l'album. Même Tim "Ripper" Owens ne fera pas mieux. Déjà parce que le titre Kiss of Death est clairement plus orienté heavy façon Judas (en peut être un peu plus soft, et encore). D'ailleurs, difficile de dire à l'écoute de ce titre qu'il s'agisse du même combo....

Côté production, tout est là pour faire plaisir à nos oreilles. D'un autre côté il ne faut pas oublier que nous avons affaire à un "Dokken bis", le nom du groupe, T & N, diminutif de Tooth And Nail titre du deuxième album de Dokken est là pour le prouver. Donc qui dis "Dokken bis" dit forcément gros moyen, donc production adéquat. Et même si le début de l'album sonne un poil trop moderne, le son de cet album n'est pas trop lourd, pas trop moderne laissant le groupe dans une veine entre hard & heavy qui lui sied bien.

Au final, malgré un début d'album en demi teinte avec deux titres dispensable et trois reprises de Dokken dont on pouvait se passer, le groupe s'en sort pas mal. Ils feraient peut être bien de juste engager Baz' au chant tellement l'alchimie est là sur la somptueuse ballade de l'album. A suivre pour voir si ce n'est pas une énième (re)formation éphémère....

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports