TANK - Spasms of Upheaval

Chronique

Pochette de l'album Spasms of Upheaval par TANK
  1. Life Epitaph
  2. The Raven's Cry
  3. Unleash The Craving
  4. Spasms of Upheaval
  5. Through the Disgrace
  6. Inhaled
  7. Slumber
  8. Conflict
  9. Stillness Withered
  10. A Life Astray
  11. Cryptic Words
  12. Caze

Site(s) du groupe :

MySpace de TANK
Par Mindkiller

Publié le 20/10/2012

 

Dans la catégorie des albums qui étaient attendus par les fans, ce deuxième volet des frenchies de T.A.N.K. se pose là. Deux ans après un premier effort remarqué sur la scène frnaçaise et une tournée avec Dagoba, les voici prêts à parcourir de nouveau les routes pour défendre leur second bébé. 

Le moins que l'on puisse dire avec cet album est que la bande de Raf et de Symheris ne se sont pas foutus de nous. Jaquette et livret soigné (dessiné par Ludovic Cordelières, comme vous pouvez le voir dans notre interview). Mais même si l'aspect visuel compte, ce n'est pas ce qui prime dans la musique. Et là encore, que l'on soit fan ou non du style, force est de constater que le groupe nous offre une bien belle galette. Certes, il faudra plusieurs écoutes pour en dénicher toutes les facettes, mais rien que le premier titre (après une ouverture somme toute convenue) nous offre un bel aperçu de ce qui fait la force de T.A.N.K. En effet, le premier titre, The Raven's Cry, est un éventail de ce que propose le groupe au travers tout son album. Une musique entre le death melo, le power metal avec une grosse touche de prog. Certes, ce n'est pas un album qui peut plaire au plus grand monde. Mais après de nombreuses écoutes, ce titre reste le plus marquant de l'album. Un titre puissant, riche, varié (bon, ce qualificatif convient à tous les morceaux de l'album, je le concède) et qui montre toute l'étendue du talent des musiciens, notamment du bassiste avec un joli pont de basse qui est plaisant. Mais si ce titre se veut plus progressif, son successeur, Unleash The Craving se veut lui plus dans la veine death melo. Par contre, quand on parle de death melo avec nos français, il ne faut pas y voir une énième formation à la Arch Enemy, Amon Amarth ou encore Children of Bodom. Comme ils le disent eux mêmes, il sont énormément inspirés de groupes comme Soilwork ainsi que des constructions à la Meshuggah, et ça se ressent. Cependant, comme pour beaucoup d'albums un peu plus techniques, fouillés ou encore où les mélodies sont alambiquées, il faut un temps d'adaptation pour pouvoir bien le comprendre, le ressentir et ainsi l'apprécier. Il ne fait pas partie de ces albums que l'on aime tout de suite, ce qui au final n'est peut être pas un mal. Dans le même style bien rentre dedans, il y a le titre Inhaled qui est le premier single de l'album. Et pas n'importe lequel puisque le groupe s'est payé le luxe d'inviter Jon Howard de Threat Signal pour ce titre. Le résultat est juste impressionnant tant les voix de Jon et de Raf se marient bien ensemble. D'ailleurs certains fans ont pu déjà avoir un aperçu de ce que rendait ce titre en live lors d'un concert avec Dagoba ou les deux frontmen étaient présents.

Quant à la production de l'album elle est epoustouflante pour un groupe étant encore peu exposé (en comparaison à de grosses machines). Un son bien travaillé, bien éxécuté, et surtout très équilibré. Tous les instruments trouvent leur place sans en masquer. Bon, il manque peut être un tout petit peu de présence pour la basse, mais c'est vraiment un détail infime mine de rien. Une production à la limite de la perfection et maîtrisée de bout en bout. Ce qui rajoute à David Poitvin une casquette supplémentaire après celle du musicien ultra sollicité. Alors certes le son est très moderne. Mais il FAUT un son comme celui ci sur un album d'un groupe comme T.AN.K. Vous ne pouvez pas envisager une minute un son old school pour un groupe officiant dans un genre dit moderne. Certes les plus puristes ne pourront pas apprécier car l'album est le reflet du groupe : un album moderne et ancré dans son temps. Et n'en déplaise aux puristes raleurs, il faut de ces groupes là pour que notre musique ne tourne pas en rond et ne cesse d'évoluer.

Au final donc, c'est un très bon album, bien exécuté et qui malgré ses diversités, garde un certain fil conducteur. Un album cependant pas évident d'apprivoiser au tout début. Pour tout vous dire, il m'aura fallu une bonne dizaine d'écoute avant de savoir si j'aimais ou pas l'album. C'est plutôt bon signe, quand on doit se repasser plusieurs fois un album pour savoir ce qu'il en est exactement. C'est donc avec le plus grand bonheur que ceux aimant ce style pourront se jeter sur l'album. Pour les autres, même si le style ne vous convient pas au premier abord, écoutez le ne serait-ce que pour l'effort de production et d'écriture que cet album recèle. Si après vous ne l'aimez toujours pas, vous aurez toujours le magnifique artwork de Ludovic Cordelières à regarder.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports