TEARS OF MANKIND - Memoria

Chronique

Pochette de l'album Memoria par Tears of Mankind
  1. Intro
  2. In the Embrace of Eternal Sunshine
  3. Deadly Desire
  4. Passion Blackfathom Deeps
  5. Under the Great Dome
  6. So Long and so Recently
  7. Pamyat’
  8. Mayatnik
  9. Requiem
  10. Wino Pamyaty

Site(s) du groupe :

MySpace de Tears of Mankind
Par Mindkiller

Publié le 19/02/2012

Télécharger légalement

Bienvenue en Russie, à Sourgout pour être précis. Si vous ne savez pas où ça se trouve, ce n’est pas bien grave, moi non plus. Le but de ma missive n’est de toute façon pas de vous faire un cours sur la géographie des différentes provinces russes, mais de vous parler du dernier brulot de Phillip Skobelin, l’homme seul au cœur de la bête doom death Tears of Mankind. One-man band actif depuis 2002, nous avons droit un 4e album sortant le jour de la Toussaint 2011 (coïncidence ? voyons, c’est de doom dont nous parlons !). Très prolifique, l’homme a sorti pas moins de 4 démos la même année (2004), trois l’année suivante et deux full-lenght en 2006. C’est dire si l’homme a des choses à raconter.

Nous avons donc un quatrième album. A ce stade, une règle, pas toujours vérifiée, veut que le groupe ait trouvé son identité et sorte des albums sorti des sentiers de ses inspirations premières. Ne connaissant pas le groupe auparavant, je ne pourrais pas dire de quelle qualité étaient les trois opus précédent. Mais celui-ci, tout en possédant cette touche doom surprendra sur le premier titre (hors intro). En effet, le tempo très lent et lourd (une blanche quasiment tout le long pour les connaisseurs) comprendra aussi des éléments death prononcés (rythmiques affolées avec double pédale) mais aussi, et c’est là le plus surprenant, des touches ‘electro dark gothique’ façons Marilyn Manson des débuts. En règle générale ces dernières touches auraient tendances à mer efroidir voire m’éloigner au plus loin possible de ce genre d’œuvres.Cependant, celles-ci ne sont là que pour augmenter l’atmosphère plombée de l’album. Elles servent énormément bien les titres. Et du coup, on pourrait penser à tout un tas de groupe restant une référence en matière de mélange de style à la sauce doom metal.

Cette impression sera encore plus ressentie à l’écoute de Deadly Desire avec ces rythmiques à la Paradise Lost, en particulier celles présentes sur le cultissime Draconian de 1995. D’ailleurs, on pourrait penser à l’écoute des titres à un ‘clin d’œil’ à ces formations britanniques qui dominaient clairement la dernière décennie du siècle passé. Mais cet album ne renferme pas qu’un hommage émouvant à cette période. La deuxième partie de l’album comporte quatre titres chantés en russe et ayant une toute autre atmosphère. Ces titres, pour la plupart beaucoup plus court gardent une teinte déjà présentée dans la partie précédente, mais avec beaucoup plus d’émotions. Le chant clair fait gagner une profondeur non déplaisante et pour les amateurs, on pourrait presque penser au double album de SaezGod Bless. La deuxième partie, de cet album totalement épurée étant tout le long une complainte. Imaginez le timbre de Damien Saez associé à un doom metal très aérien. Oui, aérien. Car ici, notamment sur la 7episte aux caractères impossible à retranscrire en alphabet européen, seule la basse et la batterie donnent à cette musique le côté doom que l’on est en droit d’attendre. Les parties claviers et guitares affichant eux des arpèges et des mélodies beaucoup plus souples. Ceci aérant clairement les compositions leur donnant beaucoup plus de reliefs et de couleurs, tout en gardant cette atmosphère propre au doom metal.

Ce 4e album de Tears of Mankind est donc une belle réussite. Déjà l’artwork poussait à vouloir découvrir cet album. Des couleurs sépia avec un jaune très prononcé (un jaune orangé et fade bien entendu) donnent un effet sublime à la pochette, quoique convenu. Mais le contenu de cet album ne détonne pas non plus. Une belle pièce qui, tout en restant lourd et sombre, ne tombe pas dans le cliché du dépressif suicidaire. Et déjà en soi, cet aspect est rafraichissant. A découvrir très vite, que vous soyez ou non friand de ce style de musique.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports