TERRIFIER - Weapons of Thrash Destruction

Chronique

Pochette de l'album Weapons of Thrash Destruction par TERRIFIER
  1. Reanimator
  2. Deciever
  3. Nuclear Demolisher
  4. Violent Reprisal
  5. Skitzoid Embolism
  6. Drunk as Fuck
  7. Bestial Tyranny
  8. Riders of Doom
  9. Sect of the Serpent

Site(s) du groupe :

Site web de TERRIFIER
Par olivier no limit

Publié le 20/02/2017

 

“Weapons of Thrash Destruction” du groupe Canadien TERRIFIER. Anciennement SKULLHAMMER, ayant en poche un premier album nommé « Destroyers of the Faith » sorti en 2011, ainsi qu’un EP « Metal or Death » en 2013, ils jouent la carte d’un thrash old school dense et agressif. Ce qui frappe (c’est le mot juste) à l’écoute de leurs titres c’est la force d’impact qui se dégage de leur musique. « Impact is Imminent » aurait dit EXODUS. Je ne fais pas référence à ces derniers par hasard, car il y a un peu d’eux chez TERRIFIER. Le refrain de « Deciever » par exemple, ou bien un grain de voix aussi percutant que celui de Rob Dukes sur «Drunk as Fuck ». On peut y rajouter un peu de TESTAMENT à l’écoute de « Sect of the Serpent », morceau aux rythmiques genres « bulldozer fou ».

Après, il vous faut savoir que le thrash de ces Canadiens-là est toujours en mode « à fond la caisse », car boosté, grâce à une section basse / batterie soudée qui refuse pas les temps morts, aimant à partir sur des tempos qui sont plutôt excités ; exception faite de « Riders of Doom » petit moment instrumental où les solos parlent de manière presque prog. Car, oui, les gratteux jouent bien ! Rapides, agiles et assez techniques ils sont. Ils ne font pas du bruit, ne remplissent pas avec des montées et des descentes mais s’envolent dans les parties de guitares nombreuses, agressives, soit, mais toujours de qualité. D’ailleurs nombreux sont les titres qui commencent souvent par des intros où l’instrumental parle (Sect of the Serpent), avant que le chant n’arrive. Puisqu’on en est au vocal, on peut dire que Chase Thibodeau, bien qu’ayant une voix méchante, arrive cependant à varier l’air de rien, le feeling de son chant. Comme dit précédemment un peu Rob Duke sur « Drunk as Fuck » il peut aussi faire penser à NUCLEAR ASSAULT dans son parlé sur « Violent Reprisal ».

Voilà j’en ai terminé avec tout ce que j’avais envie de partager avec vous, mais j’entends les délateurs qui vont s’en donner à cœur joie dans le genre : « bon bin ouais, mais c’est toujours un peu basé sur les mêmes tempos leur musique, et puis c’est du déjà entendu ». Alors oui, ils auront raison, c’est du old school, ce n’est pas original et il est vrai que parfois on peut trouver une intention identique d’un morceau à l’autre. Cependant, « Violent Reprisal » accroche bien les oreilles, « Nuclear Demolisher » revêt un aspect assez sombre. Et puis l’intro de « Sect of the Serpent » est un petit bijou d’efficacité qui démontre des musiciens soudés comme les doigts de la main. Le genre de thrash agressif mais qui fait preuve d’une vraie maturité et qui est le jeu de musiciens aguerris ! Et bon sang cela fait du bien par où cela passe.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports