THERION - Gothic Kabbalah

Chronique

Pochette de l'album Gothic  Kabbalah par Therion
  1. CD1 :
  2. 1. Der Mitternachtslöwe
  3. 2. The Gothic Kabbalah
  4. 3. The Perrennial Sophia
  5. 4. Wisdom And The Cage
  6. 5. Son Of The Staves Of Time
  7. 6. Tuna 1613
  8. 7. Trul
  9. 8. Close Up The Streams
  10. -
  11. CD2 :
  12. 1. Wand Of Abaris
  13. 2. Three Treasures
  14. 3. The Path To Arcady
  15. 4. Tof - The Trinity
  16. 5. Chain Of Minerva
  17. 6. The Falling Stone
  18. 7. Adulruna Rediviva

Site(s) du groupe :

Site web de Therion
Style : voir chronique
Par DevilDiva

Publié le 17/01/2007

 

Heavy Symphonique. Therion fait partie de ces "monuments" qui hantent le paysage chaotique du metal, toujours debout malgré les tempêtes et les tornades qui ont traversé ce style depuis les années 80.
Petit retour en arrière...
Formé en 1987, dans la banlieue de Stockholm, par Christofer Johnsson, le groupe (qui s'appela brièvement "Blitzkrieg" pour se transformer en "Megatherion") puise ses influences chez Metallica ou encore Slayer, lorgnant alors vers le Death Metal (un de leur premier chanteur n'était autre que Matti Kärki, ex Dismember)
Je vous parle d'un temps que les jeunes de 20 ans ne peuvent pas connaitre...
En réalité la biographie de Therion est un véritable pavé auquel je ne veux pas m'attaquer et j'en viens directement à ce fabuleux album qu'est "Gothic Kabbalah".
Cette fois, Therion délaisse plus ou moins ses arrangements symphoniques et orchestraux au profit d'atmosphères plus heavy, celtic, oriental voir baba cool, sans pour autant faire l'impasse sur les choeurs et les solis grandiloquants.
Une évolution naturelle qui est tout à l'honneur de ce groupe qui a préféré surprendre ses fans et renouveler son répertoire de manière intelligente.
Presque folk et onirique ce nouveau joyau est un voyage au travers de mythes ancestraux renforcés par la jolie voix soprano d'Hannah Holgersson.
Propulsé sous les feux de la rampe par "Vovin" en 1998, Therion n'a cessé de conquérir des adeptes à coups de mélodies symphoniques et théâtrales, sa marque de fabrique. Je vous avoue ne jamais avoir accroché plus que ça à leurs albums précédents, trouvant souvent le style pompeux.
Mais peut-être devrais-je revoir leurs classiques car à l'écoute de ce "Gothic Kabbalah", je m'étonne à m'envoler dans un univers complètement barré et hallucinant.
Chaque morceau a sa propre identité passant du heavy au psychédélique, et flirtant avec le progressif tout en gardant sa direction symphonique.
Therion nous livre là une offrande pleine de diversité, ô combien cohérente, et beaucoup plus accessible que ses prédécesseurs. A se dégoter d'urgence!
Les kobolds du mysticisme ont un nom : Therion

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports