TRIPTYKON - Melana Chasmata

Chronique

Pochette de l'album Melana Chasmata par Triptykon
  1. Tree Of Suffocating Souls
  2. Boleskine House
  3. Altar Of Deceit
  4. Breathing
  5. Aurorae
  6. Demon Pact
  7. In The Sleep Of Death
  8. Black Snow
  9. Waiting
Par Dzo

Publié le 09/06/2014

Télécharger légalement

On le sait désormais, depuis de nombreuses années, la Suisse compte ses groupes de renommée à l’échelle mondiale, que ce soit bien évidemment Hellhammer/Celtic Frost qui a inspiré (et qui continue encore aujourd’hui) d’innombrables formations, ou des groupes plus atypiques comme Darkspace et Samael qui tissent chacun leur toile au gré des années qui passent.

Depuis le split de Celtic Frost qui s’est fait dans une atmosphère un peu houleuse, Tom G. Warrior poursuit désormais son chemin au sein de son nouveau groupe Triptykon qu’il a créé en 2008 avec un nouveau line-up. Le succès ne se fit pas attendre, puisque dès la sortie de l’implacable Eparistera Daimones en 2010, le quatuor s’est déjà forgé une solide réputation, l’album étant dans la lignée directe de Monotheist (dernier album de Celtic Frost), le tout accentué par le visuel très percutant d’HR Giger, ami de longue date du frontman décédé tragiquement il y a quelques semaines.

Quatre ans après cette brillante offensive et entre temps un EP à la qualité un cran en dessous du premier opus, le groupe revient avec Melana Chasmata, un nom choisi depuis belle lurette si l’on en croit le géniteur dans une récente interview. Véritable épine dorsale de l’entité Triptykon, la patte de sieur Celtic Frost est immédiatement identifiable dans la musique du groupe.

Dans la lignée directe de son prédécesseur, Melana Chasmata aspire à une atmosphère lourde, sombre et mélancolique. L’homogénéité incroyable de ce nouvel opus efface complètement les 67 minutes d’écoute, qui sonnent plutôt comme un long voyage tortueux de l’esprit où l’imagination la plus morbide a le temps de s’installer.

La richesse de Triptykon est son habileté à brasser les styles sans trahir pour autant sa musique. Des touches récurrentes Doom, Black, quelques rythmiques Thrash et même Gothique se ressentent ainsi dans la musique des suisses. Musique qui est d’une profondeur, d’une variété et d’une créativité peu communes. Là où beaucoup tomberaient rapidement dans le kitch ou le cliché, Triptykon excelle et se surpasse.

A la manière de ‘Goetia’ sur le premier album, ‘Tree Of Suffocating Souls’ pose les bases d’une ambiance qui sera résolument noire, oppressante et lugubre. Le chant partagé en question/réponse entre Tom G. Warrior et Victor Santura hausse le ton et donne davantage d’agressivité à ce morceau d’ouverture rondement mené. La production est quant à elle toujours aussi massive, impeccable, dans la lignée du premier opus.

‘Boleskine House’ est plus posé, arpenté d’une voix féminine qui donne une dimension particulière au titre, toujours dans un registre mélancolique. ‘Breathing’, qui était disponible en pré-écoute avant la sortie de l’album, est sans doute le morceau le plus riche et déroutant. Incroyable par le nombre d’influences et de changements de rythme qu’il contient, ce qui le rend d’ailleurs assez difficile à cerner aux premières écoutes.

Avec son atmosphère calme, mélancolique et sinueuse, ‘Aurorae’ est à mon goût le morceau le plus prenant de cet opus. A travers ce titre, on ressent indubitablement le caractère nostalgique et un brin torturé de Tom G. Warrior. Le voyage se termine sur ‘Waiting’, là aussi un bon morceau mais qui me laisse tout de même un peu sur ma faim si je compare au dernier titre de son prédécesseur qui frôlait le génie avec ses vingt minutes d’écoute.

A travers Melana Chasmata et son univers mystérieux et intrigant, beaucoup de personnes pourront se retrouver dans cet album vu le nombre d’influences qu’il abrite sous son aile. Impossible de poser une étiquette précise sur le style du groupe, ce qui en fait très certainement un atout de taille. A la fois violent, d'une abyssale noirceur et très personnel, Triptykon nous livre là un véritable chef d’œuvre, que ce soit au niveau visuel comme auditif.

Il m’aura fallu une seule écoute pour me rendre compte de l’emprise de cet album, mais de nombreuses autres pour essayer de décrire les sentiments que procure un tel monument musical. A se délecter seul, au casque avec quelques bougies pour que la magie opère complètement. Sans nul doute l'une des sorties les plus captivantes de ce cru 2014.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports