UFOMAMMUT - ecate

Chronique

Pochette de l'album ecate par UFOMAMMUT
  1. Somnium
  2. Plouton
  3. Chaosecret
  4. Temple
  5. Revelation
  6. Daemon

Site(s) du groupe :

Site web de UFOMAMMUT
Par olivier no limit

Publié le 09/03/2015

 

Une chronique que je dédie à Carole de METAL France. Un de ses groupes fétiches revient sur le devant de la scène : UFOMAMMUT ! Car le 30mars, les princes Italiens du stoner doom nous offrent en pâture « ecate ».

Pour ceux qui ne connaissent pas ce genre à part, laissez-moi vous en parler plus avant.

Imaginez !

Imaginez un chant éructé ou parlé ou susurré, bourré d’effets spéciaux mais qui a la particularité d’être très lointain, comme étouffé par quelque chose de malsain et de maladif.

Imaginez du psyché par le biais de bidouillages au synthé ou d’un clavier discret et simpliste.

Imaginez une grosse basse, une énorme guitare mises très en avant, bourrées de disto grasse, sourde et franchement lourde.

Après ils s’amusent, sur des tempos en général lents, à se faire alterner côté « planant » de la chose, et des riffs en enfilade, en chapelet, des riffs répétitifs, simples, obsessionnels, qui durent, qui durent .parfois la six cordes se calme laisse la basse en avant puis reprend de plus belle.

Ceux qui n’aimeront pas cette musique diront que c’est linéaire et prise de tête. Eh bien oui, mais c’est tellement bien foutu qu’on s’y perd et qu’on en redemande. Quand on adore ce groupe, on ne peut qu’être pris dans les rais d’une musique à part, de laquelle le temps s’est arrêté.

Ce 7éme album du power trio parle d’Hécate, déesse à trois faces qui voyage entre le royaume des vivants, des morts et des dieux. Mal vue de l’église catholique, cette entité négative est le lien entre passé, futur et présent.

Je trouve cet album est plus dense, moins tarabiscoté, que leurs précédentes productions « oro : opus primum » et « oro : opus alter », deux albums sorti en 2012 et qui formait un tout.

Ici on est plus simple, plus direct, plus condensé. On passe du psyché aux riffs heavy sans trop de fioritures. On joue plutôt dans la gamme d’un stoner doom qui puise son essence malsaine et grasse dans un sludge lourd, par le biais d’une enfilade de riffs vraiment prenants.

On sent entre eux une vraie symbiose et c’est franchement communicatif.

Ce cd m’a été envoyé par DIFFER-ANT distribution

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports