UNTIL THE UPRISING - Out of The Time

Chronique

Pochette de l'album Out of The Time par UNTIL THE UPRISING
  1. 5 Billion Seconds
  2. Invisible Cages
  3. Embrace The Uncertainty
  4. Our Target
  5. Another Dimension
  6. Nothingness
  7. Seize Your Life
  8. Out of Time Part 1
  9. Out of Time Part 2

Site(s) du groupe :

Site web de UNTIL THE UPRISING
Par olivier no limit

Publié le 16/09/2016

 

Envoyé par la KLONOSPHERE qui fête ses 15 ans d’existence, voici le nouvel album du groupe Niçois UNTIL THE UPRISING, qui sortira le 21 octobre, mais je ne peux pas attendre pour vous en parler. Pourquoi ? Et bien ces derniers temps j’ai reçu pas mal de prog dans ma boite aux lettres, en général plutôt bon, mais, somme toute pas assez metal à mon gout. Et hop voilà que « out of the time » se met à bondir sous mes oreilles, car eux, la rage ils connaissent.

Faut dire que l’on sent une sacrée puissance dans leur musique : la batterie et la basse enfoncent le clou même dans les premiers titres assez classiques empruntant le chemin d’un rock/metal progressif aux lignes plutôt traditionnelles. Cette force se transforme en rage pure quand arrive « Our target », titre plus moderne, tout en rythmes et riffs tressautant, comme passés à la hache. Sauf que, brusquement, au sein du même morceau on se retrouve dans du rock presque ambiant .Ils adorent jouer sur les contrastes inattendus, un autre exemple étant celui de « Another Dimension » qui alterne entre un metal au riffing dissonant et une belle voix claire aux harmonies aguicheuses.Car oui, outre le fait qu’ils aiment jouer la carte d’un metal multifacettes, ils savent emprunter le chemin de la mélodie qui porte (fin de «Another Dimension »).

Je trouve également qu’ils mélangent parfois modernisme et old school. Je ne connais pas leurs influences mais je me suis pris à penser à un vieux YES au détour d’un passage sur « Nothingness ». Et puis montrer que tu sais jouer et une chose, mais rendre vivant le tout, surtout quand tu flirte avec le technique, est une autre paire de manche. C’est pour cela que je préfère ANGUS YOUNG quand il fait rugir la gamme de blues plutôt que quelqu’un de « m’as tut vu » qui t’en met plein la vue genre « tu as vu comme je joue bien ? ».Parfois en trois notes tout est dit. Et bien là, leur jeu complexe, fluide et bien maitrisé porte du sentiment : on voyage sur des montagnes russes pleines de rebondissement tout en y trouvant des instants qui parlent ! Leur musique est vivante. Voilà ils s’attendaient peut être à une chronique plus précise et pleine de références, j’ai préféré y écrire mon ressentiment car le metal, avant tout se vit avec ses tripes !! Du bon boulot !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports