VANTABLACK WARSHIP - Abrasive Pulmonic Speak

Chronique

Pochette de l'album Abrasive Pulmonic Speak  par VANTABLACK WARSHIP
  1. Another Dead Rockstar 03:04
  2. Black Tongue Bertha 02:41
  3. Blood on the Mat 03:00
  4. Kill the Kid 02:44
  5. Ruderalis 02:26
  6. Abrasive Pulmonic Speak 02:57
  7. The Blackhole 02:52
  8. Crisis 04:57

Site(s) du groupe :

Site web de VANTABLACK WARSHIP
Par olivier no limit

Publié le 27/01/2018

 

Quand je reçois à chroniquer un groupe qui se nomme VANTABLACK WARSHIP , Canadien de son état, que j’apprends qu’ils existent depuis 2014, qu’ils ont déjà un EP à leur actif et que l’album dont il s’agit se nomme « Abrasive Pulmonic Speak » rien que de très commun. Par contre quand je lis qu’Anthony "Tony" Dolan, également connu sous le pseudonyme de The Demolition Man (il rejoint un temps le célèbre groupe VENOM) trouve que ce groupe est comme « a cool SLAYER », ma curiosité s’éveille.

 

Et c’est un ticket gagnant, car l’univers auditif de ces musiciens issus de la scène underground de Montréal a de quoi réjouir les amateurs de gros son. Effectivement cet « Abrasive pulmonic speak » s’avère surprenant par la qualité de ce qu’il dégage et par le mix des genres que l’on peut y entendre. Attention on n’est pas dans un groupe expérimental, mais plutôt au sein d’un combo qui joue old school et qui mélange avec art un hardcore/ thrash trempé de, groove et de metal. La construction de leur musique a beau être simple (couplet / refrain / pont) ils arrivent à nous surprendre via des titres courts qui vont directement là où ils doivent aller, c'est-à-dire dans nos tripes. Leur façon de jouer est basique, du moins métronomique (Blood on the Mat).Cependant leurs compositions sont chargées de dynamite. Et puis ils essayent de légèrement varier le menu de titre en titre.

 

Quelques exemples .On peut y trouver un léger aspect heavy metal le temps d’un pont (Kill the Kid). Ils aiment aussi insérer une mélodie surprenante sous forme d’un riffing qui s’accroche à vous imparable (Ruderalis). Il y a du groove (The Blackhole), de temps à autre du plombé (Black Tongue Bertha). Et de ci de là de petits ponts musicaux assez bien trouvés. Au final c’est mecs ont donné leur sang dans cette musique pas originale pour deux sous qui du coup devient inspirée. Et puis en plus de cette voix H&C hurlée, de cette basse qui gronde, certains solos de guitare sont vraiment jouissifs, précis et efficaces rajoutant un plus à leur plâtrée de décibels sans être pourtant ultra techniques. Un met épicé, puissant non dénué de petites nuances pas désagréables, un met dont on peut se resservir à l’envie. Beaucoup aimé.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports