VASTATOR - hell only knows

Chronique

Pochette de l'album hell only knows par Vastator
  1. Hellish Clown
  2. Hell Only Knows
  3. Inner Fury
  4. Soul of Heroes
  5. Unbreakable
  6. Bloodline
  7. Pounding Hearts
  8. Evilution (The Next Step)
  9. Mansión en Llamas
  10. Máxima Entropia 07
  11. Monseñor

Site(s) du groupe :

MySpace de Vastator
Par olivier no limit

Publié le 18/09/2008

 

NOTE: 14 / 20

(Style : heavy metal des 80) produit par Inferno records, « Hell only knows » est le troisième album de Vastator qui nous vient …du chili, et qui est une véritable légende en Amérique du Sud. La pub dit que c’est du heavy metal…with Balls ! C’est tout à fait exact.

Leur musique déménage, car propulsée par un batteur totalement énervé, qui enchaine roulements, frappes nerveuses, voir même quelques blast beats, sans jamais s’arrêter ; Je ne sais pas à quoi il marche mais j’espère qu’il a un cœur solide. Quand aux autres ils ne sont pas en reste. Le chanteur s’essaye dans le super aigu, à la manière de Mercifull fate, judas priest ou dans le plus lyrique, tout en étant bien possédé, avec une sacrée maitrise de ses cordes vocales. La basse tricote avec efficacité et les solos de guitares sont incisifs et véloces. On voit que ces gens là sont sur la route depuis longtemps, en fait depuis la fin des années 80.

Leurs influences ? Pas la peine d’aller chercher très loin : Iron Maiden, judas priest, Manowar et mercifull fate. Entre titres véritablement excités et fausses ballades qui commencent en douces introductions à la Maiden pour finir dans les starting blocks, prêtes à en découdre ; Il parait qu’à leurs débuts, ils mélangeaient heavy et thrash à la Slayer , Pas de doute il leur en reste quelque chose.

Autre particularité de leur style : leurs titres ne sont jamais très longs, ce qui mérite d’être pointé, car dans ce genre, c’est plutôt rare. Les défauts ? Bin déjà, il faut que vous aimiez les influences précitées et les pointes de voix aiguës. Et puis le mixage. Il est plutôt ambigu : A la fois il met en valeur tout les instruments, mais sonne assez old school, surtout la batterie qui aurait pu être enregistrée d’une manière plus professionnelle. Cela pourra en gaver certains.

En tout les cas, ce heavy metal démontre deux choses : 1. dans les pays d’Amérique du Sud il y a aussi du metal ; 2. on peut jouer dans un style aussi suranné que le heavy old school et développer une énergie qui n’a rien à envier au metal moderne.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports