VIRUS IV - Dark Sun

Chronique

Pochette de l'album Dark Sun par VIRUS IV
  1. Intro
  2. Frightening Lanes
  3. Behind Me
  4. Dark Sun
  5. New Karma
  6. Signs
  7. Such A Shame
  8. Silent Arrows
  9. The Last Time
  10. Soulrace

Site(s) du groupe :

Site web de VIRUS IV
Style : voir chronique
Par Gegers

Publié le 23/04/2008

 

(Heavy mélodique. 15/20) ‘Virus IV, l’un des groupes les plus excitants de l’année 2008’. C’est par cette phrase que commence la fiche biographique qui accompagne ce premier album de Virus IV. Il est vrai que dans cette scène heavy mélodique hyper saturée, si un groupe veut avoir la moindre chance de percer et de s’installer durablement, il se doit d’être un minimum excitant. Coup de bol, c’est le cas pour cet album.

Fondé en Belgique 2006 par Samuel Arkan (Beautiful Sin, James LaBrie band), Virus IV est composé de membres ayant déjà plus ou moins roulé leur bosse dans le petit monde du heavy, parmis lesquels la chanteuse Magali Luyten (Beautiful Sin, Ayreon) et le batteur François Brisk (Dyslesia). Avec ce premier opus, le groupe nous propose un heavy mélodique moderne respectant à la lettre tous les codes du genre. Après une intro futuriste assez hilarante (l’accent anglais du narrateur étant disons…approximatif), le groupe balance la sauce avec un Frightening Lane sur lequel le chant à la fois rageur, mélodique et plein de groove de Magali fait merveille. Cette chanteuse, à des années-lumières des voix sucrées et sans âme de la majorité des chanteuses actuelles, est d’ailleurs un des atouts majeurs de cet album, sa voix méritant effectivement, et plus que les compos, l’adjectif d’excitant. Frightening Lane mélange avec réussite des riffs agressifs, un refrain imparable et un break très prog’, et constitue donc une mise en bouche quasi-parfaite. Et si le soufflet retombe un peu avec ‘Behind me’, un mid-tempo dont le riff, martelé et répétitif, n’arrive pas à convaincre totalement, le morceau ‘Dark Sun’ vient relever le niveau. Doté d’un riff très malsain, flirtant avec le doom et pouvant rappeler Black Sabbath, ce morceau est soudainement éclairé par un pont et un refrain très mélodiques portés par la voix magnifique de Magali.
Parmis les autres bons moments de l’album, notons ‘Signs’, une perle de heavy mélodique, avec un riff agressif, des couplets calmes et un refrain immédiat, ‘Silent Arrow’ et son riff à quatre accords simple mais efficace, ou encore ‘Soulrace’, le morceau qui clôture l’album, dont le riff rapide offre un changement de rythme bienvenu, alors que la monotonie commençait à pointer le bout de son nez. Car en effet, même si les morceaux sont majoritairement inspirés et convaincants, le groupe a une fâcheuse tendance à se cantonner dans des morceaux mid-tempo qui possèdent parfois un intérêt limité, à l’image des dispensables ‘New karma’ et ‘The last time’. D’autre part, la reprise incongrue et totalement à côté de la plaque du célèbre ‘Such a shame’ de Talk Talk, qui casse totalement l’ambiance de l’album, vient ternir un peu la qualité de cet opus.

Donc oui, Virus IV est donc un groupe excitant et qui mérite d’être considéré comme un espoir du heavy mélodique contemporain, ne serait-ce que par la prestation vocale époustouflante de la chanteuse, qui a d’ailleurs été choisie pour succéder à James LaBrie sur le prochain album de Frameshift.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports