WATCHA - Falling By The Way Side

Chronique

Pochette de l'album Falling By The Way Side par Watcha
  1. Tracklist :
  2. Bogeyman
  3. Bastard Beings
  4. Rock’n’Roll Kids
  5. The Way Side
  6. One For The Money
  7. Inside
  8. Nothing Daunted
  9. Sam (la vie des ténèbres)
  10. Sam 5
  11. Watch Yourself
  12. Blue

Site(s) du groupe :

MySpace de Watcha
Style : voir chronique
Par Niklas

Publié le 11/07/2008

 

::Néo –Métal ::

Dans le paysage du Métal français, depuis sa création, Watcha n’a jamais fait comme tout le monde. Précurseurs d’un genre, mais loin d’être les champions des ventes d’albums, ils ont payés le prix fort leur intégrité artistique. Puis, il y a eu « Phénix » en 2005, avec une ouverture sur des mélodies plus Rock et surtout une médiatisation du groupe avec le titre « Un Jour ». Consternation générale, les légendaires Watcha sombrent à leur tour après Mass Hysteria ou autres Pleymo. Devant un tel ratage, on pense le groupe au fond du fond, mais le sort s’acharne décidément lorsque la section rythmique : Pendule (basse) et Keuj (batterie) quittent le groupe… Deux ans après la sortie de ce que certains appellent « l’album de la honte », Watcha revient avec un nouveau line up, Benja (Bull) derrière les fûts et Loïc (Scarve) à la quatre-cordes.

« Bogeyman » ouvre le bal, et ça fait mal, très mal, d’entrée de jeu ! Le groupe revient dans une forme olympique ! Titre aux influences thrash/death mixées à la sauce Watcha, simplement impressionnant. Ce titre incarne bien l’état d’esprit général qui se dégage de l’album. En effet, on retrouve le Watcha que l’on connaît, avec ses riffs lourds, son chant unique, ses rythmiques qui partent dans tous les sens mais plus encore… Imprégné de l’univers des films de Rob Zombie (« The House Of 1000 Corpses » ; « The Devil’s Reject ») on y retrouve une réelle ambiance ou reigne le malsain, le crade et bien entendu la violence ! Le chant d’El Butcho est impressionnant, entre son phrasé néo teinté de malséance, hurlement au-delà du hardcore juqu’aux growls Death qu’un Cannibal Corpse ne renierait presque pas (si, si..) on en a plein les oreilles. Les guitares massives et inventives au son tout bonnement dantesque, et la frappe chirurgicale de Benja finissent de nous conquérir.
Plus généralement la galette montrera toute la richesse du groupe et surtout avec quel talent les cinq explorent les différents styles abordés, mais tout en gardant une homogénéité remarquable. Ainsi on pourra croiser du néo brutal et très lourd (« Bastard Beings ») assez direct et efficace ; du Hard Rock limite Rock’n’Roll (« Nothing Daunted », « Inside ») où le chant mélodique et puissant de Bob se mêle à des guitares catchies sur une rythmique galopante. Car, malgré un retour au gros son, Watcha ne renie pas la mélodie explorée sur « Phénix » mais la transcende pour la distiller subtilement et énergiquement. Ainsi le combo savoure bûcheronner sévèrement, et calmer le jeu quand il le faut et ce pour mieux relancer la machine à coup de breaks burnés, jouissifs !
Les nouveaux venus ont du donc peser lourdement sur la nouvelle orientation du groupe. Mais ce groupe qui passe d’une section rythmique Funk/métal à une Rock/Death ne perd rien de son groove originel. A l’image de « Sam 5 » (seul titre en français avec son préambule) doté d’une rythmique rapide et de plans techniques lorgnant vers le Death ou encore « One For The Money », agressive avec son refrain rouleau compresseur -qui au passage montre encore une fois le talent de Watcha pour les reprises- démontrent parfaitement que la violence peut être groovy !
Watcha nous transportera tout au long de ces 46 minutes de surprises en surprises. L’un des plus grands moments se trouve dans le titre donnant le nom à l’album : « The Way Side ». Le tube ultime qui poussera mémé dans les orties et les meubles avec ! Morceaux aux sonorités Métalcore avec une batterie impeccable et impressionnante de justesse avec une double pédale bien huilée. Les guitares tranchantes sur les couplets et les arpèges mélodiques du refrain accompagnant le chant d’El Butcho ici toujours plus impressionnant !

Au final, Watcha prend tout le monde à contre-pied en nous livrant là son album le plus violent, qui tout en tranchant avec la discographie passée reste dans l’esprit d’un (néo-) métal barré qui explore et expérimente. Les plans sont certes, moins tordus que sur « Veliki Cirkus » ou l’éponyme mais proposent de nouveaux horizons intéressants. Watcha, sort des limites néo pour offrir un crossover de tout ce qui se fait de mieux en matière de métal moderne ! Un grand moment.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports