WINTERGARDEN - The New Victorian

Chronique

Pochette de l'album The New Victorian par Wintergarden
  1. Breathe
  2. Take It
  3. Cinderella
  4. Iconoclast
  5. The Release
  6. Can You Wait
  7. Come Alive
  8. American Pop
  9. Scarlet Letter
  10. Log On
  11. Your Rhapsody
  12. Fade

Site(s) du groupe :

Site web de Wintergarden
Par Baptiste

Publié le 14/06/2014

Télécharger légalement

Né en 2011 à l’initiative de la chanteuse Miriam Gardner, Wintergarden est un groupe de metal alternatif qui tient tout du groupe américain… mais s’avère venir du Danemark.

C’est d’ailleurs bien leur seul point d’originalité tant côté musique le groupe est calibré. On nage quelque part entre de purs groupes de metal alternatif comme Crossfade et des groupes à chanteuse, We Are The Fallen par exemple pour n’en citer qu’un.

Leur style alternatif se fend également de quelques influences nu-metal à la Sevendust, dont le guitariste a d’ailleurs participé à la composition de deux titres. Une collaboration bien plus mise en avant dans la communication du groupe que dans la musique soit dit en passant.

Bien produit et bien joué, l’album n’évite pourtant pas les écueils du genre, toujours les mêmes. Les albums de metal alternatif ont ceci d’énervant que dans leur immense majorité ils souffrent des mêmes maux : manque d’originalité et énorme linéarité. Wintergarden ne s’en affranchit pas et tombe gaiement dansle panneau.

Ainsi, au-delà de l’impression constante d’avoir déjà entendu cet album cent fois dans sa vie, on finit l’album avec le sentiment tenace d’avoir écouté un seul long morceau dépourvu de toute variété. Tous les refrains se ressemblent et l’album entier semble ne comporter que deux ou trois accords.

Les tentatives de variation sont trop timides et trop rares pour sauver un album qui ronronne sans grand talent. Symbole de ce semi-marasme, la chanteuse elle-même.

Inutile de se voiler la face, dans le metal féminin le rôle du « frontman » est primordial, plus encore que chez les hommes. On ne pardonne rien à une chanteuse à la limite car en grande majorité, les groupes à chanteuse bâtissent leur musique autour et pour leur figure de proue exclusivement. Aussi, quand la chanteuse est d’une grande banalité comme c’est le cas chez Wintergarden, la sauce ne peut vraiment pas prendre.

Miriam Gardner n’est ni une horrible ni une grande chanteuse. Juste une voix parmi d’autres comme on en voit passer tant chaque année dans les divers télé-crochets de nos chaines hertziennes. N’est pas Amy Lee qui veut…

Puisqu’on en est à parler d’Evanescence, il est d’ailleurs bon de rappeler qu’on crache trop souvent et trop facilement sur les groupes faiseur de tube. Ecouter une heure de Wintergarden c’est se vacciner à jamais contre ce genre de propos. On voit assez rapidement le gouffre qui sépare ce groupe d’une formation comme Evanescence qui, certes, ne crache pas sur les dollars mais trouve toujours le refrain ou le riff qui vous restera en tête. Démarche mercantile pour certain, il s’agit pourtant d’une vrai qualité dont finalement peu de groupes peuvent se vanter.  

Après un tel taillage de costard, on pourrait croire qu’il n’y a rien à sauver sur « The New Victorian ». Ce ne serait pas tout à fait exact. En faisant preuve de gentillesse et d’ouverture d’esprit, on trouve quelques titres qui sortent finalement (un peu) du lot après plusieurs écoutes.  C’est le cas de « Take it », « The Release » ou surtout « Come Alive ». Le mid-tempo « Your Rhapsody » n’est pas trop mal non plus. Malheureusement, certains se distinguent aussi par leur médiocrité. Impossible d’écouter « Cinderella » ou l’innommable  « American Pop » sans rougir de honte pour le compositeur...

N’en jetons plus : quelle faiblesse dans l’ensemble ! Les quelques titres qui sauvent les meubles restent tout juste dignes des chutes de studio de Breaking Benjamin, ce qui est tout sauf un immense compliment. Non vraiment, on a beau y mettre toute la bonne volonté du monde, il est difficile de qualifier cet album autrement que d’échec. C’est ennuyeux, prévisible et pas original pour un sou. Wintergarden a la gueule du groupe dont les albums, comme tant d’autres avant eux, iront prendre la poussière à jamais sur l’étagère.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports