WORMFOOD - L'envers

Chronique

Pochette de l'album L'envers par WORMFOOD
  1. Prologue
  2. Serviteur Du Roi
  3. Ordre De Mobilisation Générale
  4. Mangevers
  5. Gone On The Hoist (G.O.T.H.)
  6. Collectionneur De Poupées
  7. Géhenne
  8. Poisonne

Site(s) du groupe :

Site web de WORMFOOD
Style : voir chronique
Par olivier no limit

Publié le 21/05/2016

Télécharger légalement

Connaissez-vous le groupe Ange, qui dans les années 80 fit un tabac avec des albums comme "au-delà du délire" ou bien "Émile jacotey"? Non ? Dommage, car ce groupe pratiquait un rock dit "planant" à l’époque, s'inspirant de groupes comme KING CRIMSON ou GENESIS et ayant une verve en français très théâtrale. Tout cela pour vous dire qu'en découvrant «l’envers", le nouvel album du groupe Français WORMFOOD, j'ai pensé un peu à eux, car ici aussi on chante et on narre dans la langue de Molière, d'une manière qui s'apparente aussi à quelque chose de théâtral. Même, je trouve que le début du morceau "ordre de mobilisation générale" porte en lui, ne serait-ce que par la profondeur inquiétante du clavier, un zeste de l'aura d’ANGE.

Après la comparaison s’arrête là, car ici on est vraiment dans du beaucoup plus noir et angoissant, normal, c’est du métal. Cela dit les textes de WORMFOOD sont vraiment écrit dans une prose recherchée qui n’a rien à envier à celle de Décamps (chanteur d’ANGE). En tous les cas, voici, cinq ans après l'album "posthume", le retour de ce combo qui pratique une musique avant gardiste, progressive qui accompagne les mots d’Emannuel Lévy Comment vous définir leur style? Gothique?Doom expérimental? Dark? Atmosphérique ? Black? Un peu tout cela.

 

Guitares discrétes ou musclées, tempos énervés mais le plus souvent lents, clavier qui pose une vraie touche gothique ou malsaine, arrangements parfois ambitieux pour vous servir de longs titres qui prennent le temps d’exister."Serviteur du roi" charrie quelques relents assez proche d'un black sympho. "mangevers » possède des flagrances TYPE O NEGATIVE. D'ailleurs Paul Bento, ex membre de ce groupe, joue du sitar comme sur ce "gone on the holst" qui, lui, fait très psyché branché 70’avec un chant dans la langue de la Perfide Albion.

 

Au-delà de cette musique riche, pleines de paysages différents, de changements, porteuses d'atmosphères vraiment flippantes ou mélancoliques, on peut parfois toucher l'horreur comme dans les mots de "collectionneur de poupées". Au-delà de ses contes qui t’empêche de dormir debout on y trouve l'âme noire de certaines personnes, et d'une façon détournée un constat de ce que peut charrier l'esprit humain ou inhumain.

 

Musicalement certains diront qu'il y a peut-être quelques longueurs, cependant, si vous êtes portés par les mots vous vous laisserez aller tout au long de ce cd, dans un voyage dont vous ressortirez peut être avec les cheveux blancs; en tous les cas il y a de la profondeur et une vraie recherche artistique dans leur metal et j'aime beaucoup le grain de voix du front man. À découvrir

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

Télécharger légalement

/// Contenu similaire

/// Live reports