ANTROPOFAGO - Antropofago

Chronique

Pochette de l'album Antropofago par Antropofago
  1. Ravenous
  2. Human Hunt
  3. BBBHL
  4. Cute Enought To Eat

Site(s) du groupe :

MySpace de Antropofago
Style : voir chronique
Par Darkgrinder

Publié le 17/04/2010

 

(Brutal death metal)

Nouvel arrivant sur la scène hexagonale, Antropofago, comme son nom le laisse présager, n’est pas là pour faire de la dentelle,.. sinon de vos cadavres. Il faut dire que l’attirail de ces bouchers est plutôt effilé. Nous partons alors sur un death rehaussé d’une légère touche grind pour un jeu qui a déjà fait ses preuves, notamment aux débuts des années 2000. Le socle se veut très brut de décoffrage. Un fait qui n’empêche en rien les membres d’y ajouter quelques intéressantes fioritures. Ceci dit, avancer comme style « Brutal death technique » est peut-être un peu présomptueux de leurs parts. C’est vrai ça joue bien mais Antropofago ne nous fait pas côtoyer des sphères particulièrement plus techniques que ce que nous habitue en général le death moderne. Nous pourrons tout de même compter sur quelques jouissives sorties instrumentales. Pas des solos explosifs à la Necrophagist comme on pourrait penser mais plutôt des exercices rapides et sombres dans le genre de Fatal. En fait c’est surtout le bassiste qui abrite en ses mains l’étincelle de folie qui fait parfois s’incendier ces 4 morceaux. Vous voyez le style d’enragé qui aime à ses faire plaisirs lors de ses rapides impulsions ou qui tente quelques terrifiantes expériences sonores. A l’opposé par contre, le batteur est bien décevant. Son jeu, très alternatif, ne semble qu’être composé de beats intercalés de médiocres remplissages. Cela s’avère bien primitif, les blasts sont assez rapides et la double pédale est très présente, point barre. Un aspect bien artificiel qui, mêlé à l’aura noire dont est nimbée cette démo, lui offre un je ne sais quoi de Mortician.
Petite curiosité, il est très facile de suivre ce que raconte le chanteur (avec les paroles sous les yeux quand même, faut pas pousser). Alors si sur le plan lyrique ou revendicateur, ça n’a vraiment aucun intérêt (nous sommes vraiment dans le plus pur style gore de Cannibal Corpse en ce qui concerne ce registre), il faut par là bien saisir que rien n’est laissé au hasard. L’aspect vocal devient ainsi véritablement catchy. Le rendu est alors plutôt efficace ; violent, sombre et dangereux. Entre massacre guttural et exhortation toute en descente de manche « Antropofago » n’a rien de rébarbatif. Une bonne chose pour ce combo de Montpellier qui est, qu’on se le dise, en quête d’un label.
Sans laisser un souvenir impérissable, le passage d’Antropofago réjouira tous les adeptes de tartares.

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports