DAGOBA - Dagoba

Chronique

Pochette de l'album Dagoba par Dagoba
  1. From Torture to Enslavement
  2. Maniak
  3. The White Guy (and the black ceremony)
  4. Something Stronger
  5. Another Day
  6. Fate Contaminated in a Crystal Ball
  7. Year of the Scapegoat
  8. Dopesick
  9. Act.1 Part.2
  10. Rush
  11. The Chaos we’re involvedin
  12. Here we are
  13. 4,2 Destroy
  14. Pornscars
  15. God Forgot Me

Site(s) du groupe :

MySpace de Dagoba
Style : voir chronique
Par Ludo

Publié le 27/11/2004

 

Dagoba fait partie de ces albums que j’attendais avec beaucoup d’impatience ! Le cd du style « convoi exceptionnel » sur ma shoping list, genre « Laissez passer ! Gros parpaing en prévision ! ».

Et vlan ! Je suis très heureux de ne pas m’être trompé ( pas comme pour le Manson … ), car là, Dagoba balance un énorme pavé dans la marre et il éclabousse tout sur son passage ! Release the Fury était déjà prometteur mais on l’oublie illico à l’écoute de ce premier album éponyme. Les amateurs un peu nostalgiques des gros Fear Factory ( Demanufacture et Obsolete ), des débuts de Machine Head et des hurlements de Phil « God of Metal » Anselmo ( reviens dans Pantera nom de dieu !!! ) vont être servis. C’est très simple, chaque titre de cet album me fait l’effet d’une déflagration à tel point qu’il m’est impossible de l’écouter à un niveau inférieur à 50% des capacités sonores de ma chaîne ! Les mots me manquent pour vous expliquer à quel point il vous faut écouter ce disque … et ce n’est pas un prétexte pour en écrire le moins possible par je ne sais quelle fainéantise, soyons clairs !

Servie par une prod impeccable et une impressionnante maîtrise de la part de ses zikos, la musique de Dagoba condense d’une manière personnelle et efficace les gros plans rythmiques chers à Nostromo ( "The White Guy" ou "Here we are" ), les tartes dans la gueule comme savait les faire Fear Factory ( l’estomaquant "Maniak" et son refrain tueur ), le coté old school d’un ( old, bien entendu ) Machine Head ( "Dopesick" ) et tout un tas de sonorités indus et orientales ( l’intro du cd et le titre "Fate Contaminated …" ) dans un album surpuissant qui ne relâche pas la pression une seule seconde. Bon, si, je vous l’accorde, "Another Day" est le seul morceau calme et mélodique de l’opus mais il est tellement bien foutu ( belle voix claire ! ) que je ne vois pas où peut bien se trouver la faille. Des tonnes d’arrangements hyper travaillés, des changements de rythmes, des montées en puissance du tonnerre, une touche de violence Death Metal ( "Act.1 Part.2" ), une voix rauque qui s’aventure avec efficacité dans les méandres de la mélodie autant que dans les hurlements à la Phil Anselmo ( reviens ! Snif ! ), un batteur né de l’accouplement de Raymond Herrera et Joey Jordison ( wouaïh ! ) ... bref, tout ça, ça donne Dagoba, le groupe, qui nous pond Dagoba, l’album.

« Dagoba », ça voudrait pas vouloir dire « énorme » en argot marseillais ? Mon avis perso : sérieux concurrent pour le titre de l’album of the year !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports