HOLLOW CORP. - Cloister Of Radiance

Chronique

Pochette de l'album Cloister Of Radiance par Hollow Corp.
  1. Elevation
  2. Inferno
  3. Code
  4. Peripherals
  5. Sabbat
  6. Opium
  7. Samen
  8. Thujon

Site(s) du groupe :

MySpace de Hollow Corp.
Style : voir chronique
Par Lynn

Publié le 20/10/2007

 

Voilà un groupe français, plus précisément alsacien qui revisite le metal d’une manière propre et parfaitement déstructurée. Hollow Corp. est un nom que vous avez sûrement déjà entendu ou bien que vous allez entendre prochainement. Monté par d’anciens membres du groupe Coverage, Hollow Corp. se pose aujourd’hui comme nom établi dans la région. Mais c’est bien plus loin que leur nom se fait entendre puisqu’ils ont eu l’opportunité de jouer aux Eurockéennes 2007, mais aussi au festival Les z’arts scéniques aux côtés de Sepultura et Immolation. Les alsaciens ont également partagé l’affiche avec des groupes tels que Gojira, Kill The Thrill, Membrane, Zatokrev, The Ocean et bien d’autres…
Après deux années de travail, Hollow Corp. a réussi à finaliser son premier album « Cloister Of Radiance ». Enregistré en 2006 au Studio:Mécanique en Suisse par Julien Fehlmann, masterisé par un suédois : Magnus Lindberg, au studio Tonteknik Recording AB en Suède même, et pour finir, c’est un label également suédois qui sort l’album !
Bref, ça commence bien pour eux…

Les 8 titres qu’offre « Cloister Of Radiance » est une descente dans les profondeurs de l’âme. Déstructuré musicalement parlant mais aussi dans les émotions ressenties, la musique d’Hollow Corp. est imprévisible. De bons riffs lourds, mais carrés et intelligents. Leur musicalité tire sur le doom, avec en plus, la violence accrue du death progressif, permettant l’état second que l’on peut atteindre à l’écoute du groupe.
Il faut dire que cette musique n’est pas vraiment joyeuse, mais plutôt sombre, voire mélancolique. Les forces scandinaves, connues pour leur nostalgie et leur facilité à trouver des mélodies captivantes, semblent hanter les musiciens.

Des riffs prenants et descendants, agrémentés par les lignes de basse de Romain Fiorot qui sont subtiles et très présentes.
Des titres comme « Code » ou bien « Sabbat » vous feront peut-être penser à du Opeth, dans un mélo de rapidité et d’agressivité.
La voix de Stephane Azam est excellente, il faut l’avouer. Parfaite pour le style, et en plus, il sait jouer sur plusieurs plans, que ce soit en voix death, ou un peu plus claire et tirée, à la limite du plaintif.
Outre le fait que nous sommes en présence de deux bons guitaristes : Matthieu Roszak et Guillaume Schleret, il est impossible de passer à côté de l’énorme jeu de batterie de Laurent Michalak. Excellent batteur à la technique et la propreté irréprochable.

En gros, nous sommes en présence de très bons musiciens, et en possession d’un excellent album.
Laissez vous guider, déconnexion totale, et entrez dans un autre monde, une exploration obscure qui vous plongera dans un état de transe, au même titre qu’un groupe tel que Neurosis. Ne passez pas à côté d’une telle découverte française !

Partager cet article

Notes des internautes (cliquez pour noter) :

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Identifiez vous ou enregistrez vous pour noter cette page.

Commentaires des internautes

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires

/// Contenu similaire

/// Live reports